Categories Jardins à vivre, Reportages, Tendances

Jardin urbain : comment retrouver un soupçon de nature sauvage

Extrêmement graphique, ce jardin joue sur l’effet de verticalité pour donner de l’ampleur à l’espace tout en jouant sur un caractère sauvage. Une réalisation du paysagiste  Andy Sturgeon qui inspire des jardins urbains.

 

Réalisation Andy Strurgeon@laurent André_www.exterieursdesignmagazine.fr
Réalisation Andy Strurgeon@laurent André_www.exterieursdesignmagazine.f

Pour ce jardin, le paysagiste anglais Andy Sturgeon s’est inspiré d’une plantation de zone chaude et semi-aride pour son choix végétal, comme un écho au chaparral – une sorte de maquis formé par des buissons et des broussailles – de la Sierra Madre, en Californie, ou au matorral chilien – des buissons constitués de petits arbres rabougris, que l’on rencontre plus habituellement dans la région méditerranéenne – installé sur les contreforts des Andes. Mais ce qui est particulièrement fort dans cette réalisation, et qui peut être inspirant pour effacer le marqueur de la ville environnante dans des jardins urbains, c’est la coexistence d’un espace doucement dessiné avec un cadre qui paraît plus grand et plus sauvage. Dans un jeu déstructuré qui évite une rigueur étouffante, le cadre minéral est ici réconfortant. De plus, il s’articule autour d’un brasero stylisé qui invite à une pause salvatrice, dans le fond d’un jardin bien caché. Ce projet a reçu une médaille d’or au Chelsea Flower Show de 2016. Une inspiration bienvenue pour donner de l’ampleur et du caractère à des petits espaces urbains.

Réalisation Andy Strurgeon@laurent André_www.exterieursdesignmagazine.fr
Réalisation Andy Strurgeon@laurent André_www.exterieursdesignmagazine.fr

Les cookies Google Analytics

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc.