Categories Guide, Paysagiste, Plantes, Tendances

Jardin aquatique : bien choisir ses plantes

Comment bien choisir ses plantes pour un jardin aquatique ? Comment entretenir un bassin d’ornement ? L’architecte-paysagiste Eric Lequertier – dont le travail a déjà été récompensé par deux Victoires du Paysage – nous partage ses conseils.

 

« Le jardin aquatique est une formidable solution pour satisfaire toute la famille ; Les enfants s’amusent et apprennent grâce à l’observation des poissons et les parents veillent au bon développement des plantes et des fleurs.  Dans un jardin aquatique, il faut recréer un écosystème, un équilibre entre la faune et la flore aquatique. S’il est rompu, les poissons meurent et les algues prolifèrent au détriment des plantes ornementales du bassin. Un entretien régulier est donc nécessaire pour maintenir cet équilibre et quelques gestes simples et peu contraignants peuvent permettre de garder l’écosystème de son bassin intact et ainsi créer un petit paradis pour la biodiversité.

Qu’est ce qui peut venir perturber l’équilibre de l’eau ?

Il suffit de peu de chose, en réalité, pour que le fragile équilibre que représente l’écosystème aquatique soit perturbé :

  • Une eau stagnante
  • La décomposition de végétaux
  • Un ensoleillement trop important ou le manque d’ombrage
  • Une surpopulation de poissons
  • Enfin l’évaporation naturelle de l’eau en période de forte chaleur

 

Réalisation Eric Lequertier© Stéphane Maillard

Comment éviter ces problématiques et conserver un bon équilibre ?

Un bassin bien entretenu présente une eau oxygénée, dans lequel les poissons se plaisent et se reproduisent, où les plantes se développent sans devenir envahissantes et, enfin, où les algues n’abondent pas. D’ailleurs si le bassin est bien oxygéné il attirera des libellules, signe d’une eau de bonne qualité.

  • Obtenir une oxygénation performante :

L’eau, pour être correctement oxygénée, doit être en mouvement permanent. On peut installer dans son bassin une pompe adaptée à sa taille, sur laquelle on pourra fixer un jet d’eau, cascade ou un ruisseau, qui va générer une oxygénation permanente. Il faudra également associer aux installations des plantes dites oxygénantes pour compléter l’effet telles que l’élodée, la pesse d’eau ou encore la violette d’eau.

  • Procéder à un nettoyage régulier :
  • Veiller à toujours enlever les végétaux tombés à la surface de l’eau, et recueillir les feuilles mortes en période de chute intense.
  • Maîtriser la croissance des plantes en les taillants en début de saison et supprimer régulièrement les fleurs fanées qui risqueraient de pourrir dans l’eau.
  • Surveiller les apparitions d’algues et les retirer au fur et à mesure. Et limiter les colonies de lentilles d’eau, vite envahissantes. Penser aussi à vérifier l’état du filtre parce qu’en cas d’encrassement il ne pourrait plus assumer son rôle.
  • Attention au nombre de poissons :

Il faut compter environ 40 à 50 litres d’eau par poisson pour leur assurer un développement correct et conserver un bon équilibre au bassin. Nourrissez-les de façon raisonnée : la totalité des aliments doivent être ingérés en quelques minutes. La nourriture ne constitue qu’un complément car nombre d’entre eux se délectent de larves de moustiques, de micro-organismes végétaux ou de vers de vase. Enfin, dès que la température descend en dessous de 8°C, interrompez les apports en nourriture, le métabolisme des poissons étant ralenti.

  • On surveille le niveau d’eau :

En été, lors des périodes de sécheresse et de forte chaleur, l’évaporation naturelle peut être importante : Il faudra alors prévoir des apports d’eau en conséquence en déversant l’eau à température ambiante et en petites quantités pour ne pas trop perturber le milieu.

Contrôler également Le pH et la dureté de l’eau.

  • Enfin pour faciliter la maintenance de son bassin : on pense aux plantes !

Les plantes aquatiques sont trop souvent reléguées à un rôle purement décoratif. Et même si leur présence dans un bassin apporte une note colorée ; les plantes jouent un rôle important dans l’équilibre du bassin et la qualité de l’eau. De nombreuses plantes peuvent magnifier le plan d’eau. Le décor végétal va se composer avec des plantes qui aiment l’humidité, mais à des doses différentes. À choisir donc, en fonction de leur propriété et en fonction de la profondeur du bassin.

Les différents types de plantes d’ornement 

Réalisation Eric Lequertier © Stéphane Maillard

Les plantes de berges :
 
Elles constituent la part la plus importante des plantes de bassin. Les unes prospèrent dans la terre plus ou moins humide des bords, d’autres s’avancent directement dans l’eau. Certaines ont un rôle « technique », comme la fixation des rives, elles retiennent la terre au bord du bassin, d’autres sont essentiellement décoratives mais servent de refuge à de nombreux animaux. Ce sont des plantes d’ombre et d’humidité qui ont parfois des proportions démesurées comme le Gunnera par exemple dont les feuilles peuvent parfois dépasser la taille d’un homme. Comme plantes de rives on trouve : carexarumsIris laevigata, cyperus, ou encore sagittaires, astilbes ou soucis d’eau.

 

Les plantes semi-immergées ou immergées :

Les semi-immergées sont essentielles pour le refuge d’une faune très variée : oiseaux, canards, batraciens, reptiles, rongeurs et toute une faune secrète. Malgré leur importante surface émergée, elles peuvent s’enraciner profondément sous l’eau. Elles sont spectaculaires en périphérie comme en pleine eau mais il faut contrôler leur développement. La culture en panier est pour cela idéale, par exemple les Typhas, les thalia déalbata, les pontederia cordata, la glycérie aquatique.

Les plantes immergées, quant à elles, peuvent être des plantes Epuratives ou filtrantes qui retirent du bassin bon nombre d’éléments polluants, issus de la filtration biologique. Elles stabiliseront l’écosystème et assureront un meilleur maintien de la qualité de l’eau du bassin.

Il faudra également choisir des plantes Oxygénantes. Elles n’ont pas ou peu de valeur décorative mais par contre sont indispensables pour le bon équilibre du bassin. Avec leur activité de photosynthèse, elles dégagent de l’oxygène dans l’eau et absorbent beaucoup d’impuretés. Ce complément d’oxygène est indispensable également à la faune aquatique. Ces plantes apportent, en outre, un refuge aux poissons plus petits et une ombre au bassin lors des chaudes journées estivales. Pour bien faire, elles devraient être présentes sur 1/3 de la surface du bassin. Par exemple : L’élodée, la pesse d’eau, la renoncule d’eau, l’aloès

Dans ces deux catégories que sont les semi-immergées et les immergées, il y a des plantes flottantes comme les lentilles d’eau, la jacinthe d’eau qui flotte grâce à des tiges renflées. Elles ne sont pas enracinées. D’autres semblent flotter mais sont, au contraire, enracinées profondément sous l’eau. C’est le cas des nénuphars ou du lotus. Ces plantes flottantes ombrent l’eau, réduisent son échauffement et de ce fait ralentissent la formation des algues.

Quand planter ?

Pour la plantation, la grande saison est le printemps : dès le mois d’avril pour les plus rustiques, mais plus généralement en mai ou juin, car une eau printanière trop fraîche risque de bloquer le développement des plantes. La plantation se prolonge jusqu’à début septembre « 

 

Pour plus d’information : https://www.ericlequertier.com/

Les cookies Google Analytics

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc.