Categories Agenda, Hors les murs, News

Des oiseaux rares à découvrir

Du 18 décembre au 2 janvier 2022, le musée des Confluences présente “L’oiseau rare, de l’hirondelle au kakapo”,  qui exposera près de 240 oiseaux, issus des collections historiques du muséum et de l’importante donation d’Hubert Bonnetain en 2018. Une occasion d’attirer aussi l’attention  du public car, à l’échelle mondiale, 40 % des espèces d’oiseaux sont aujourd’hui en déclin et 13 % sont en danger d’extinction.

Kakapo Strigops habroptilus, Océanie photographie Pierre-Olivier Deschamps, Agence VU'
Kakapo Strigops habroptilus, Océanie photographie Pierre-Olivier Deschamps, Agence VU’

 

Disposant de la 2e plus grande collection en France avec plus de 30 000 spécimens, le musée des Confluences a décidé de consacré une longue exposition temporaire aux volatiles, dont on recense plus de 11000 espèces dans le monde. Du colibri à l’autruche,  elles diffèrent sur plusieurs plans :

– L’écart de taille et de masse  : si le casoar pèse 85 kg en moyenne et l’autruche, 120 kg, le colibri quant à lui ne pèse que 1,6 g.

– Les couleurs, qui  permettent aux oiseaux de se reconnaître ou de se dissimuler 

– Le plumage, qui varie avec l’âge, le sexe, les saisons ou lors des parades nuptiales.

– La forme du bec, qui  donne une indication sur le régime alimentaire.

– les chants : chaque espèce d’oiseau possède généralement plusieurs  qui lui sont propres. 

 

La collection d’oiseaux du musée des Confluences

Deuxième collection française après celle du Muséum national d’Histoire naturelle, la collection du musée des Confluences conserve plus de 28 000 spécimens naturalisés ou en peau, une centaine de squelettes, des nids, des oeufs ou même des momies égyptiennes. Cette collection a vu le jour dès 1837,  à l’occasion de l’ouverture au public de la grande galerie de zoologie du muséum de Lyon . Elle s’est ensuite enrichie au fil des siècles, notamment grâce aux dons de naturalistes ou collectionneurs.Désormais, la règlementation interdit la naturalisation de la plupart des oiseaux sauvages, pour mieux les protéger. Il n’existe donc plus de collecte systématique à des fins d’études. Mais le musée des Confluences accueille encore quelques spécimens : ce sont essentiellement des oiseaux nés et élevés en captivité, dans les parcs zoologiques.

Rouge-gorge Erithacus rubecula, France photographie Pierre-Olivier Deschamps, Agence VU'
Rouge-gorge Erithacus rubecula, France photographie Pierre-Olivier Deschamps, Agence VU’

“L’oiseau rare, de l’hirondelle au kakapo” , exposition du 18 décembre 2020 au 2 janvier 2022

Musée des Confluences
86 quai Perrache
CS 30180
69285 Lyon cedex 02

Les cookies Google Analytics

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc.