Categories Mobilier, Tendances

Décoration extérieur, secrets d’harmonie

En aménageant un espace extérieur, on met en scène un lieu, on crée une atmosphère, on recherche le parfait accord entre le cadre et le mobilier pour renforcer une impression d’unicité. Décryptage d’une décoration parfaitement intégrée au jardin.

Il est des lieux dont l’atmosphère sereine paraît intemporelle, et qui procurent ainsi une détente absolue. Tout paraît être naturellement à sa place, parfaitement aménagé. Dans ces espaces ouverts, tels des signes de ponctuation, le choix du mobilier donne du sens à la lecture du lieu : ici, un salon en bois naturel placé au fond du jardin renforce un esprit d’oasis de verdure, là un daybed au bord d’un bassin offre une douce transition entre la fraîcheur de l’eau et le souffle poétique des graminées, là encore un ensemble d’assises autour d’une table s’inscrit dans le prolongement d’une vue : le regard n’est pas coupé, les lignes de perspectives sont préservées. On s’y sent bien, en paix, parce qu’on ressent la cohérence du site. Les formes, les couleurs et l’environnement se répondent, se complètent, surtout dans les espaces clos, où l’on évite les effets d’enfermement. Le bois interpelle la pierre avec douceur, la lumière s’incruste dans les arbres comme un élément habilement greffé. Derrière ces choix, des gains de place, un aménagement qui respire tout en restant fonctionnel, en osmose totale avec le jardin, jusqu’à se fondre dans le décor.

Subtilement, la lumière s’inscrit dans le tronc des arbres et ne vient pas de projecteurs installés dans les branches. On gagne de l’espace en créant un esprit particulier, comme des flambeaux maîtrisés à la mode contemporaine. Le repos d’un guerrier du XXI e siècle. Sammode, Cherubini.

Dans cet aménagement, un espace ouvert des deux côtés, la longue table s’inscrit parfaitement dans la perspective sans casser la vue. Le bois échange avec la pierre pour éviter un effet de surcharge, la couleur anthracite des assises pose les éléments dans un décor où le vieux rose répond au bleu de l’eau. Dedon, ensemble Tibbo.

Dans ce petit espace, les murs végétaux apportent une respiration qui évite l’enfermement. Le sol en céramique vient en un contraste parfaitement maîtrisé, dans un jeu géométrique optique et raffiné. Le choix de fauteuils ronds apaise cette dynamique sans la briser. Éditées par Kettal, ces assises Basket ont été dessinées dans les années 1950 par Nanna et Jørgen Ditzel, récompensés lors de l’Exposition des artisans ébénistes et de la Triennale de Milan en 1951. L’éditeur espagnol les reproduit pour l’extérieur en fibre artificielle et teck. Kettal, collection Basket.

La pierre au sol et sur les hauts murs nécessite en contraste un mobilier qui respire. Ici, les touches de teck, – du plateau de la table au contour des chaises – assirent une continuité de cet esprit naturel en rappelant les couleurs alentour. Parallèlement, la structure des assises en aluminium se fait très aérienne : on reste dans un caractère contemporain mais avec une cour riche en signes du passé. Le lampadaire vient habilement en duo de l’arbre parfaitement taillé, appuyant cet esprit esthétique et non nostalgique. Royal Botania, table Zidiz, chaises Jive.

 

Nathalie Degardin 

Tags:
FERMER
CLOSE