structuré Archives - Extérieurs design

Posts tagged "structuré"

Travailler chez soi… au vert !

22 août 2018 Posted by Designer, Jardins à vivre, Paysagiste, Professionnel, Rencontres 0 thoughts on “Travailler chez soi… au vert !”

En temps normal, le jardin invite la détente, mais il se prête également tout autant à la concentration, pour travailler à domicile. Les « home offices » sont là pour transformer le jardin et créer un univers à soi.

Cube in Life est spécialisée dans les extensions de maison et de lodge en bois. Réalisation à Mérignac.

Travailler chez soi

Comme son nom l’indique, le concept de « home office » nous vient d’outre-Manche, mais on le retrouve également en Belgique. En France, le marché se développe petit à petit et séduit par la qualité du design des différents produits proposés et par la qualité de vie qui s’offre au client. Les économies de temps et d’énergie dans les transports sont alors réelles. Le cabinet LBMG WorkLabs regroupe des consultants en organisation du travail, des sociologues, des designers de services ou des ingénieurs… LBMG WorkLabs souhaite concevoir le travail autrement. D’après les données fournies par le cabinet, 62 % des salariés déclarent ne plus avoir besoin d’être au bureau pour travailler, et 73 % des actifs aimeraient télétravailler. Le travail à domicile est perçu comme un facteur qui améliore la productivité, si tant est que l’on sépare bien l’univers personnel de l’univers professionnel. 

Micro-bureaux

Un micro-bureau de 5 mètres carrés n’entraîne pas de démarches administratives, qui peuvent parfois êtres décourageantes. Un tel bureau peut être subventionné par l’employeur et offre ainsi au télétravailleur un espace suffisant. À Nantes, le designer d’espace et d’objet Frédéric Tabary a conçu le Cube, une pièce indépendante, isolée, électrifiable et déplaçable sur roues ou sur patins. « C’est un concept qui permet, à la base, d’assembler les pièces les unes aux autres. De 4,50 mètres carrés à 9 mètres carrés, le Cube peut servir de boutique éphémère mais aussi de bureau si on est auto-entrepreneur.On fait ce qu’on veut avec le Cube, c’est son intérêt », explique Frédéric Tabary.

Réalisation Un Cube dans mon jardin.

L’idée a séduit Fabien Cuny, paysagiste chargé de projet pour Didier Danet SA, qui a fait appel à l’entreprise pour concevoir le jardin « Low Impact », présenté à Jardins, Jardin en juin 2017, une installation particulièrement remarquée. Des passerelles en fer qui semblaient flotter au-dessus d’une végétation humide menaient directement à un espace tout en transparence, une « serre, style atelier ». L’esthétique industrielle se fondait dans une proposition exigeante et luxuriante (fougères arborescentes, hostas, Equisetum et acanthes). Le public découvrait les possibilités offertes par le Cube, un élément architecturé, qui plus est amovible. On peut monter seul le Cube, en suivant la notice qui l’accompagne.

Un CUBE DANS MON JARDIN dans un aménagement de Fabien  CUNY, JARDINS, JARDIN 2017 © Didier Danet SA

Extension de maison

L’entreprise Cube in Life, située en Gironde et fondée par Nicolas Borzeix, est animée par une équipe composée de « créateurs d’extérieur ». Cube in Life propose deux solutions de cube design en bois : l’extension et le bâtiment indépendant, aménageable en salle de lecture ou en bureau, pensés pour s’adapter à l’environnement existant. Greenkub, dans l’Hérault, conçoit également des bureaux de jardin, dont la surface varie de 11 mètres carrés à 30 mètres carrés. Quelques entreprises spécialisées en France favorisent ainsi un mouvement actuel de transformation du travail, avec des schémas traditionnels de plus en plus remis en question. Travailler depuis chez soi, dans un jardin, pour réduire son stress et sa fatigue, qui dit mieux ?

Cube in Life

Maxime Lancien

Organiser un extérieur convivial

16 août 2018 Posted by Dossiers, Jardins à vivre, Professionnel 0 thoughts on “Organiser un extérieur convivial”

Passer du temps au jardin semble une évidence, alors, autant le faire dans le confort maximal en exploitant le potentiel de son espace. Terrasse encastrée, surélevée, bancs, pergola sur mesure… Tout est bon pour accueillir un salon de jardin ou le concevoir « en dur » et se créer un espace convivial, personnalisé.

Réalisation Tim Harper : MELBOURNE SHOW 2017 © MIFGS

Le bon emplacement

Quelle que soit la surface de son espace extérieur, l’objectif est d’organiser un lieu où l’on puisse se détendre, partager un bon repas ou simplement se retrouver autour d’un café. Pour ces lieux de convivialité, il s’agit de trouver le bon emplacement pour un ensemble canapé, fauteuil, table, avec l’ombrage adéquat. Avec le paysagiste, on peut aussi lire le lieu et imaginer un aménagement personnalisé.

Living Oasis by Santa Rita 'Living La Vida 120' Photo Johnny Bambury / Fennell Photography

Réalisation  Kevin Dennis, Bloom 2017,  © Johnny Bambury / Fennell Photography

La pause astucieuse

Chez Moingeon et Morvant, c’est un muret face à la maison, qui accueille une pause à l’ombre, ou, près de la piscine, un petit espace protégé qui reçoit une banquette pour des instants conviviaux plus intimes. Certains jouent sur la couleur, l’originalité, avec des tables en aluminium qui intègrent une fontaine et donnent un cadre apaisant tout  en étant unique.

jardin-provence-mediterraneen-saint-marc-jaumegarde Réalisation Morvan et Moingeon

Saint-Marc-Jaumegarde.  Réalisation Morvant et Moingeon

Eguilles, Réalisation Moingeon et Morvant

Garder la cohérence du lieu

Dans les plus grands espaces, des structures en bois forment des espaces scéniques, parfois percés d’une ouverture pour garder le lien avec les autres parties du jardin.

« Savills Urban Retreat » Réalisation Alan Rudden,  Bloom 2017 ©  Johnny Bambury / Fennell Photography

Le jardin naturel et structuré de Frédéric Trifilio

9 juillet 2018 Posted by Jardins à vivre, Professionnel, Reportages 0 thoughts on “Le jardin naturel et structuré de Frédéric Trifilio”

Respecter le caractère naturel d’un lieu tout en y imprimant sa marque, tel a été le défi de Frédéric Trifilio pour ce jardin provençal.

 

Un jardin « construit et sauvage »

Réalisation Les Jardins des Arcades, Frédéric Trifilio © Les Jardins des Arcades

 

Situé sur les hauteurs de Saint-Didier, ce jardin bénéficie d’un cadre rêvé pour un paysagiste : faisant face au mont Ventoux, le terrain est placé au cœur d’un environnement typiquement provençal, avec un paysage vert et vallonné, agrémenté de taches orangées formées par les falaises et les habitations alentour. De ce fait, les propriétaires souhaitaient un jardin qui respecte cette nature splendide. Frédéric Trifilio a donc travaillé sur un espace structuré sans pour autant étouffer l’aspect brut du site, une dichotomie dont il a su faire une force en concevant un lieu habilement « construit et sauvage, net et flou ». Le jardin entoure une propriété contemporaine qui contraste avec son environnement. Le paysagiste l’a imaginée comme le cœur du pôle ordonné de l’espace. Autour, la végétation y est clairement organisée, entre des haies au carré, des oliviers taillés en paupière et les plants très nets de bruyères. Ce caractère travaillé du jardin se retrouve aussi à travers les plantes aux couleurs vives qui tranchent avec le vert environnant.

 

S’adapter au lieu

Réalisation Les jardins des Arcades, Frédéric Trifilio © Les Jardins des Arcades

 

Pourtant, en s’éloignant de la maison, l’apparence structurée s’estompe pour laisser place à une nature plus primitive. Pour construire cette progression, le paysagiste s’est servi du terrain, il a adapté sa vision à la topographie. La propriété étant bâtie sur un surplomb, il a usé du dénivelé pour marquer l’infiltration progressive du naturel dans ce cadre agencé. Les cyprès sont les premiers marqueurs de cette transformation. Leur allure rustique, leur taille impressionnante font surgir de la verticalité dans un endroit défini jusque-là par l’horizontalité. Au-delà, la nature reprend ses droits avec ses arbres et arbustes en bataille, que Frédéric Trifilio n’hésite pas à décrire comme des « sentinelles du domaine ». Les fascines en bois agissent comme des marqueurs dans la structure du lieu. Nécessaires en raison du dénivelé, elles servent de repères entre la partie « civilisée » de l’endroit et celle, plus sauvage, qui l’entoure. En effet, la végétation indigène semble descendre le flanc du terrain pour s’immiscer dans le jardin composé et maîtrisé. Une ancienne bâtisse en ruine domine d’ailleurs la propriété, ajoutant au caractère romantique de cette nature inaprivoisée. Frédéric Trifilio a donc réussi son pari en mêlant habilement le paysage naturel et celui créé par l’homme, sans que l’un empiète sur l’autre. C’est cet équilibre savamment entretenu qui permet, selon lui, d’obtenir ce lieu « hors du temps tout en étant, également, très organisé ».

 

David Kabla

Les cookies Google Analytics

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc.