plantes Archives - Extérieurs design

Posts tagged "plantes"

Plantes ou vacances? Plant-sitting !

20 juillet 2018 Posted by Plantes, Tendances 0 thoughts on “Plantes ou vacances? Plant-sitting !”

Les vacances approchent et vous avez peur pour vos plantes pendant votre absence ? Nous vous proposons plusieurs solutions qui vous permettront de partir l’esprit tranquille.

 

La méthode plant-sitting

© J’aime mes plantes

 

Les propriétaires d’animaux sont confrontés chaque été au même problème. Que faire de son chien ou de son chat lorsque l’on part en vacances ? La même question se pose également pour nos plantes. Le retour à la maison s’accompagne en effet souvent de la découverte horrifiée de nos plantes desséchées. Pour remédier à ce problème, il existe une nouvelle solution : le plant-sitting. Depuis quelques années, des sociétés proposent en effet de s’occuper de votre précieuse progéniture végétale lorsque vous devez vous absenter. C’est le cas de J’aime les plantes, réseau qui vous permet de choisir parmi une liste de « plant-sitters » celui qui vous convient en fonction de vos critères grâce à leurs profils détaillés. La société Paris Pousse propose également de bénéficier des services de leurs jardiniers qui peuvent s’occuper de vos plantes chez vous ou venir les récupérer à votre domicile pour les entretenir depuis leurs bureaux (option disponible pour celles de moins de 1m60).

 

Des alternatives malines et efficaces

Eau gélifiée © Paris Pousse

 

Si le plant-sitting se développe et apparaît comme une alternative à la roulette russe végétale à laquelle vous vous risquez chaque été, d’autres solutions existent également. C’est le cas de l’eau gélifiée, une eau solide qui se chargera de diffuser progressivement l’humidité nécessaire au pied de vos plantes. Pas besoin de surveiller, une fois au contact de la terre, l’eau se répand progressivement vers les racines pour les arroser de manière constante. Un système écologique car, dès lors que vous arrosez vos plantes ou qu’il vient à pleuvoir, l’eau reprend son aspect et ses fonctions de gel grâce à la cellulose contenue dans la terre. Les galets blancs sont aussi une façon de  les protéger en empêchant que l’humidité ne s’en évapore trop vite. Le temps de votre absence, mais aussi en continu, il est donc avisé d’en disposer à leurs pieds afin de préserver leur saine alimentation en eau.

 

David Kabla

 

 

 

Repenser le jardin avec « Le nuancier du jardinier » !

18 juin 2018 Posted by Livres, Paysagiste, Professionnel, Rencontres 0 thoughts on “Repenser le jardin avec « Le nuancier du jardinier » !”

Alexandra Torossian et Morgane Ilin (paysagistes de l’agence « Canopées ») ont publié en mai dernier un livre au concept original : Le nuancier du jardinier. L’ouvrage rassemble une somme considérable d’espèces végétales (plus de 3500 plantes) en les classant par couleurs. Résultat d’un travail minutieux sur la chromie, il se présente comme un outil qui pourrait s’avérer très précieux dans le travail de création paysagère, aussi bien pour l’amateur que le professionnel. Découvrez notre interview de ses deux auteurs.

 

Alexandra Torossian © Canopées

 

Morgane Ilin © Canopées

 

Comment vous-est venu l’idée de réaliser un nuancier de plantes ?

Alexandra : L’idée m’est venue il y a 5 ans face à un besoin réel dans notre travail de paysagiste. On concevait des jardins, on composait des massifs puis on plantait… Mais quand on repassait après les floraisons, il y avait parfois un décalage très grand en termes de couleur entre ce qu’on avait vu sur internet ou dans un livre… Dans la réalité, des associations ne fonctionnaient pas alors qu’elles étaient censées «marcher sur le papier ». On a décidé de prendre en photo les plantes sur nos jardins et de les classer pour avoir une référence basée sur la réalité. On a rassemblé les 3500 plantes sur plusieurs années, durant chaque saison, pour pouvoir observer toutes les floraisons. Ça a été très dense. On a axé notre travail sur des plantes de rusticité classique. Il y a aussi des plantes méditerranéennes ou non rustiques mais l’ouvrage ne se concentre pas sur ce type de végétaux. On couvre donc une grande partie de la France, la Belgique, la Hollande, la Suisse…

 

« Le nuancier du jardinier », page consacrée à la couleur « rose corail »

 

Quelles catégories de plantes avez-vous incluses  dans ce nuancier ?

Alexandra : Quand on fait un jardin, on commence par la strate haute, les arbres, après on passe aux arbustes, puis les vivaces, grimpantes, graminées, mais on travaille toujours tout en relation avec le tout. Dans le livre, il fallait que toutes ces strates soient représentées pour avoir cette richesse, de la profondeur de champ, du contraste, des harmonies… On ne voulait rien exclure. Ce qui est le plus représenté reste tout de même les plantes vivaces. Il y a aussi beaucoup d’arbustes. Les arbres fleurissent moins donc ils sont peu représentatifs pour la couleur. Les graminées sont moins représentées aussi. Leur florescence peut être colorée mais elle reste le plus souvent verte donc on ne s’est pas attardé sur ce type de plantes. On en a mis des petites touches, comme pour le feuillage à la fin de l’ouvrage. Le but c’est d’avoir un petit support en feuillage pour compléter les massifs si on veut du vert, du panaché… Pour les gens, la base du jardin, c’est la fleur. C’est très rare que les clients ne nous parlent pas de fleurs ou de couleurs.

 

« Le nuancier du jardinier », page consacrée à la couleur « violet bleu »

 

À qui s’adresse votre livre ?

Morgane : À la base, on l’a conçu comme un outil pour nous en tant que paysagistes mais chacun peut tout à fait s’approprier cet outil. S’ils ont envie de faire un jardin bleu, ils regardent la page des bleus, voient ce qui leur plaît et utilisent les plantes qui les intéressent.

Alexandra : Ce livre enrichit notre mémoire puisqu’on a à disposition tous les végétaux auxquels on ne penserait pas. Visuellement, il nous permet de vérifier assez vite les associations qui fonctionnent. Les amateurs vont aller dans un magasin, choisir une fleur au hasard, et obtiennent souvent un résultat qui manque d’harmonie. Ce livre est aussi fait pour que les gens puissent s’approprier cette façon de jardiner sans nécessairement faire appel à un paysagiste. Il y a toutes les informations sur les plantes : l’exposition, le besoin en eau, la rusticité… Elles sont classées par couleur mais il y aussi des indications sur chacune pour savoir quelles espèces peuvent pousser au même endroit. J’aimerais que le livre transforme la façon dont les jardins sont créés, que les amateurs découvrent une richesse végétale qu’ils ne soupçonnaient pas. Bien sûr, il existe des nuanciers de roses ou d’iris mais c’est surtout fait pour être « vendeur », on ne fait pas de jardin qu’avec une fleur. Cet ouvrage pourrait favoriser la créativité et permettre à des amateurs d’avoir des jardins plus riches, plus aboutis.

Morgane : La plupart des gens ne se rendent pas compte de la variété de plantes et de couleurs. Avec ce livre, ils prennent conscience du nombre de cartes avec lesquelles ils peuvent jouer quand ils conçoivent un jardin.

 

Cet ouvrage est-il réellement un outil pour les paysagistes ?

Alexandra : Oui je crois. Jusqu’ici on a toujours travaillé avec des espèces de béquilles mentales pour savoir quelles plantes utiliser et où… Ce qui est compliqué quand on se base sur la mémoire, même lorsqu’on est un professionnel, c’est qu’on oublie 9 trucs sur 10. On finit par faire toujours le même jardin, les mêmes associations. Le livre propose des infos que vous ne trouverez pas dans un autre livre ou sur internet. C’est la première fois qu’on met au service des gens cette connaissance. On a réalisé ce livre parce-que l’on en avait besoin, qu’on en rêvait et il n’y a pas de raisons pour que ça ne soit pas le cas d’autres paysagistes.  Avec cet ouvrage, le lecteur a tout à sa disposition. Depuis qu’on travaille à partir de ce livre, on gagne un temps fou. On va deux fois plus vite pour concevoir un jardin et on fait de nouvelles associations, on crée des choses qu’on avait jamais fait. On a beaucoup travaillé avec un pantonier, à l’imprimerie, on a vérifié la chromie avec les graphistes. La couleur imprimée, c’est la couleur exacte. Si c’est reproduit, copié sur internet, ça ne vaudra plus rien parce-que d’un écran à l’autre on n’aura pas la même couleur.

 

« Le Nuancier du jardinier » est actuellement disponible aux éditions Ulmer. 160 pages, 3000 illustrations. 29,90 €

 

Couverture du « Nuancier du jardinier »

 

Kenneth Cobonpue, fauteuil Zoey

Journées des plantes au Château d’Esquelbecq !

20 avril 2018 Posted by Agenda 0 thoughts on “Journées des plantes au Château d’Esquelbecq !”

Au sein d’un village du Nord de la France, le Château d’Esquelbecq accueille au printemps ses premières Journées des plantes : une invitation à découvrir l’un des trésors cachés de la Flandre, son art du jardin.

 

Un nouvel évènement pour un lieu ancien

Château d’Esquelbecq © DR

 

Le 21 et 22 avril 2018, le Château d’Esquelbecq abritera ses premières Journées des plantes. Après 35 ans de fermeture au public, le site, datant de 1610 et classé Monument Historique, est en pleine renaissance grâce au projet de restauration entrepris par le jeune châtelain Johan Tamer-Morael en 2017. De cette entreprise est née la volonté de créer un lieu de rencontres et de diffusion entre les professionnels du paysage, du jardinage et un public de passionnés. Ces Journées des plantes s’inscrivent dans ce contexte et seront consacrés aux Jardins à la Flamande. Sur le domaine une quarantaine d’exposants seront sélectionnés afin de faire découvrir le caractère original de ce type d’espace dans le cadre d’un authentique jardin à compartiments créé au XVIIe siècle. Fêter les jardins à la flamande a pour objectif de mettre à l’honneur le patrimoine flamand en rassemblant horticulteurs, pépiniéristes, arboriculteurs, paysagistes, artisans, associations et autres acteurs de la biodiversité. Cet événement est organisé par l’Association du Château d’Esquelbecq et le service culture de la Communauté de communes des Hauts de Flandre (CCHF).

 

 

Le programme des Journées des plantes

Château d’Esquelbecq © DR

 

Dès 10h samedi, les exposants feront découvrir leur art du jardin dans le cadre du parc paysager et du jardin à compartiments flamand créé au XVIIème siècle. À 11h l’équipe du Château inaugurera la serre à vignes restaurée grâce au prix Villandry reçu en 2017. Tout au long du week-end, un programme festif sera proposé autour de la kermesse flamande (jeux traditionnels et musique) ainsi que des rencontres (le collectif de la Fleur Française, la paysagiste Aline Lecœur…), des conférences (« Les origines de la tulipe » par l’historien Éric Vanneufville) et divers ateliers et activités pour tous les âges (enluminure, vannerie, cueillette sauvage, échanges de graines, bouquinistes…). Les Journées des plantes annoncent l’ouverture au public des jardins renaissance à la flamande jusqu’au 27 octobre, du vendredi au dimanche de 14h à 18h, la volonté étant de créer un lieu convivial de rencontres tout au long de la belle saison.  

 

Informations pratiques :

Les Journées des plantes se tiendront le samedi 21 et dimanche 22 avril, de 10h à 18h, au Château d’Esquelbecq, 10 place Alphonse Bergerot, Esquelbecq.

 

 

 

 

 

 

Jardin Pamplemousse Ile Maurice. Photo : ww.tourism-mauritius.mu/fr

Le Jardin de Pamplemousse, joyau floral de l’Île Maurice

28 mars 2018 Posted by Jardins à vivre, Professionnel, Reportages 0 thoughts on “Le Jardin de Pamplemousse, joyau floral de l’Île Maurice”

Petite merveille végétale, le jardin botanique de Pamplemousse est un des lieux les plus connus de l’Île Maurice. Remontant à la période de domination française, ce jardin a traversé l’Histoire et offre aujourd’hui à ses visiteurs l’occasion de découvrir d’innombrables espèces issues de tous les coins du globe.

 

Un jardin chargé d’Histoire

Le jardin de Pamplemousse est un jardin botanique situé sur l’Île Maurice. Premier jardin tropical à avoir été créé, il voit le jour en 1770 sous l’impulsion de Pierre Poivre, intendant de l’Isle de France (ancien nom de l’île). Après avoir acheté le domaine de Mon Plaisir, il le transforme en jardin d’essai et d’acclimatation où il cultive des végétaux du monde entier : laurier des Antilles, camphrier de Chine, arbre à pain des Philippines, litchi de Cochinchine… Après avoir accueilli Philibert Commerson, botaniste de l’expédition de Bougainville, ils vont ensemble pendant 2 ans planter mais aussi inventorier et classer les différentes plantes du lieu. Acheté en 1772 par le roi, le travail entamé par les deux hommes sera poursuivi par différents botanistes comme Jean-Nicolas Ceré, Franz Boos, envoyé de la cour impériale d’Autriche, ou encore Joseph Martin, du jardin du Roy à Paris. Après le passage de l’île sous contrôle britannique en 1810, l’endroit est délaissé jusqu’à ce qu’un certain James Duncan, amateur de botanique, se passionne pour le lieu et décide de le restaurer. Aujourd’hui célèbre dans le monde entier, de nombreuses personnalités y ont planté un arbre durant leur visite (François Mitterrand, Nelson Mandela, Indira Gandhi…). Il est à noter qu’en 1988, le lieu est rebaptisé « Jardin botanique Sir Seewoosagur Ramgoolam » en hommage à l’ancien Premier ministre de l’île et père de son indépendance.

Des espèces issues du monde entier

Jardin à la richesse florale exceptionnelle, l’endroit est structuré autour d’allées et de chemins nommés après de grands naturalistes ayant étudié ou contribué à la formation de la flore des Mascareignes (archipel de l’Océan Indien qui regroupe l’Île Maurice, l’Île de la Réunion et celle de Rodrigues, ainsi que plusieurs petites îles proches). La flore y est représentative de la biodiversité locale et abrite également de nombreuses espèces issues du monde entier. Plus de 95 espèces de palmiers originaires d’Amérique centrale, d’Asie, d’Afrique et d’autres îles de l’Océan Indien y sont plantées. C’est le cas du palmier royal, originaire de Cuba, qui longe l’allée Pierre Poivre, ou du palmier ralphia, apparu en premier sur l’Île de Madagascar et sur la côte orientale du continent africain. Le plus connu d’entre eux reste cependant le Corypha Umbraculifera, plus connu sous le nom de palmier talipot. Présent en Inde, au Sri Lanka et en Asie tropicale, sa particularité est de ne fleurir qu’une fois (plante monocarpique) au bout d’une période allant de 30 à 80 ans, puis de mourir. Il est le palmier à la floraison la plus importante avec des centaines de milliers, voire des millions de fleurs, et des feuilles pouvant atteindre 7 mètres d’envergure. L’endroit est aussi associé à ses plantes aquatiques, en particulier son bassin peuplé de nénuphars géants victoria amazonica. Ceux-ci ont la particularité de changer de couleurs au cours de la journée, passant du blanc le matin au rose dans la journée puis au violet dans la soirée, avant de se refermer jusqu’au lendemain. Ces points d’eau abritent également de nombreuses autres plantes telles que des lotus, des nymphéas ou des jacinthes d’eau. Parmi les espèces florales innombrables que le jardin recèle, on peut noter la présence d’Araucarias (Chili), de vacoas, ravenalas (Océan Indien), de goyaviers (régions tropicales d’Amérique) ainsi que celle d’une forêt de bambous géants dont certains d’une hauteur de plus de 15 mètres. Doté d’une flore exceptionnelle, il abrite également une faune importante avec des oiseaux, reptiles ou animaux aquatiques parmi lesquels la tortue géante de Pamplemousse ou le gecko bleu.

Jardin Pamplemousse Ile Maurice. Photo : ww.tourism-mauritius.mu/fr

Jardin de Pamplemousse Ile Maurice. Photo : ww.tourism-mauritius.mu/fr

Lieu touristique incontournable lors d’un séjour sur l’Île Maurice, le jardin botanique de Pamplemousse est situé au Nord de Saint-Louis sur Independence Street. Il ouvre ses portes tous les jours de 8h30 à 17h30.

Retrouvez nos articles sur des serres et des jardins exceptionnels à visiter !

–Les plus beaux jardins de France

– Les expos du Jardin des Plantes

– Le centre botanique créé par Rudy Ricciotti à Monaco

 

5 livres qui vous tiendront chaud en ce grand froid

27 février 2018 Posted by Livres, Plantes, Tendances 0 thoughts on “5 livres qui vous tiendront chaud en ce grand froid”

L’heure est venue d’enfiler nos gros pulls et de se blottir au coin du feu, abrités sous un plaid douillet. En ce grand froid qui perdure, on savoure une tasse de thé bien au chaud, et surtout on s’évade avec un beau livre. Notre sélection qui vous réchauffera à coup sûr !

Nos coups de cœur du moment

 

Vies sur l’eau

« Habiter sur l’eau », éd. Phaidon 39, 95 €. Parution en mars 2018

Domus Aurea, Alberto Campo Baeza and GLR Arquitectos, 2016, Monterrey, Mexico. Picture credit: Javier Callejas, javiercallejas.com (pages 206-7)

Pole House, F2 Architecture, 2017, Fairhaven, Australia. Picture credit: Tanja Milbourne (pages 74-5)

Exbury Egg, PAD Studio, SPUD Group, and Stephen Turner, 2013, Beaulieu River, Hampshire, UK. Picture credit: Nigel Rigden (page 166)

 

Un élégant panorama de 55 résidences bâties en harmonie avec l’eau qui les entoure. Océans, lacs, piscines ou source, l’eau a cette particularité de sculpter les paysages. Plus qu’un privilège, vivre sur l’eau apaise et nous offre son lot d’inspirations. Elle joue un rôle clef dans la conception des maisons. Certaines offrent une vue sur l’eau, d’autre la surplombent et certaines s’y reflètent. Dans tous les cas, le résultat est impressionnant. « L’eau peut finalement devenir la meilleure amie d’une maison », peut on lire dès le début du livre. En feuilletant ces belles pages, on ne peut qu’acquiescer.  « Habiter sur l’eau », éd. Phaidon 39, 95 €. Parution en mars 2018

Patrimoine dissimulé

« France abandonnée », photos de Sylvain Margaine, texte de David Margaine, éd. Jonglez

« France abandonnée », photos de Sylvain Margaine, texte de David Margaine, éd. Jonglez

« France abandonnée », photos de Sylvain Margaine, texte de David Margaine, éd. Jonglez

« France abandonnée », photos de Sylvain Margaine, texte de David Margaine, éd. Jonglez

 

Après le succès d’un premier livre, Sylvain Margaine aime parcourir la France en quête de lieux interdits, et laissés en marge. Un château oublié en région parisienne, une aciérie abandonnée à Gandrange, un cimetière de bateaux de guerre en Bretagne, un hôpital désaffecté dans le Sud-ouest, un fort militaire désormais interdit dans les Pyrénées…C’est une multitude de lieux voués à disparaître qui nous est présenté à travers ce beau livre. Tel un explorateur, Sylvain Margaine capture les trésors oubliés de notre patrimoine et leur rend la dignité qu’ils méritent. Il sort des sentiers battus et nous dévoile des trésors que nous ne voyons pas. « France abandonnée », photos de Sylvain Margaine, texte de David Margaine, éd. Jonglez

Jardin du Sud

« La Méditerranée dans votre jardin », Olivier Filipi, éd. Actes Sud, 39 €. Parution en mars 2018

 

On admire souvent la beauté des garrigues méditerranéennes. Puis on s’interroge : comment s’inspirer de ces paysages pour concevoir son jardin et en limiter l’entretien ? Les plantes sauvages du Sud offrent une diversité et une résistance sans limite. Elles permettent d’envisager des extérieurs au style résolument varié et riche. En cultivant ce type de jardinage, le jardinier doit cesser de se battre contre la nature pour instaurer une scène figée à tout prix. Il va prendre soin d’encourager –en douceur – l’évolution naturelle de son jardin. Richement illustré de plus de 400 photos, ce beau livre nous dévoile les nouvelles perspectives qu’offre le jardin méditerranéen mais aussi ces atouts dans toutes les régions L’année de leur 40e anniversaire, les éditions Actes Sud se renouvellent et nous offrent encore de belles pages. « La Méditerranée dans votre jardin », Olivier Filipi, éd. Actes Sud, 39 €. Parution en mars 2018

Jardin à manger

« Plantes sauvages comestibles », Steffe FLEISCHHAUER , Jürgen GUTHMAN, Roland SPIEGELBERGER, éd. Ulmer, 16, 90 €. Parution le 22 mars 2018

 

De plus en plus plébiscitée, les plantes sauvages s’invitent désormais dans nos assiettes. Ce livre richement illustré nous dresse un tour d’horizon des plantes comestibles, parmi les 50 les plus fascinantes. Fleurs, tiges, feuilles, graines et fruits, pour chaque plante, l’auteur détaille le goût, l’endroit ou la cultiver, les modes de conservations adaptés ainsi qu’une recette originale à tester. Pour une cueillette en toute sécurité, les plantes dangereuses et toxiques sont présentées en détail dans l’ouvrage. De quoi se concocter de bons dîners ! « Plantes sauvages comestibles », Steffe FLEISCHHAUER , Jürgen GUTHMAN, Roland SPIEGELBERGER, éd. Ulmer, 16, 90 €. Parution le 22 mars 2018

Plantes sur gravure

« The book of flowers », H. Walter Lack, éd. Taschen, 50 €

« The book of flowers », H. Walter Lack, éd. Taschen, 50 €

« The book of flowers », H. Walter Lack, éd. Taschen, 50 €

 

Un beau catalogue qui réunit toutes les gravures en couleur issues des illustrations de « Roses et Choix des plus belles fleurs et quelques branches des plus beaux fruits » de Pierre-Joseph Redouté (1759-1840). Ce peintre français a consacré toute sa vie à l’observation et à la représentation des plantes afin de composer des planches à l’aquarelle. Ensuite gravés sur cuivre et publiésavec une description, ces chefs-d’œuvre floraux valent le coup d’œil. Surnommé le « Raphaël des fleurs », Redouté est toujours considéré comme un maître en matière d’illustration botanique. « The Book of flowers », H. Walter Lack, éd. Taschen, 50 €

Un rendez-vous livre à ne pas manquer

Le Salon du Livre

16 – 19 mars 2018

Porte de Versailles

Paris

En 2018, le Salon du Livre a la joie d’accueillir la Russie en « pays invité d’honneur ». Pour cette édition, ce festival littéraire à part entière recevra 38 auteurs russes ainsi que de nombreux grands noms de la littérature d’aujourd’hui. A découvrir, des auteurs reconnus à l’internationale, mais également des talents émergents et prometteurs.

Emmanuelle Jung

(Re) découvrez l’ensemble de nos sélections de beaux livres à avoir dans son salon

Rendez-vous au salon Piscine Jardin & Renov’ Maison

2 février 2018 Posted by Agenda, Jardins à vivre, Piscines 0 thoughts on “Rendez-vous au salon Piscine Jardin & Renov’ Maison”

Du 16 au 19 février 2018, piscines et jardins sont à l’honneur à Marseille, au Parc Chanot. Réunissant près de 200 exposants, le Salon Piscine Jardin & Rénov’ Maison est le rendez-vous de référence de la région Grand Sud, et dévoile les innovations du secteur sur 15 000m² d’exposition !

Le Salon Piscine Jardin & Renov’ Maison pour faire le plein d’inspiration

Rendez-vous phare de l’année pour les professionnels et les particuliers, la 14ème édition du Salon Piscine Jardin & Renov’ Maison offre 3 jours de rencontre avec les professionnels du secteur, et propose des solutions et inspirations adaptées à chaque extérieur. Le salon met à disposition des visiteurs des ateliers avec conseils personnalisés pour chaque aménagement. L’espace « Mon projet, mon archi » vous invite à venir muni d’une photo de votre projet ou espace, et d’un plan. Au sein de cet espace intimiste et accueillant, des architectes et paysagistes proposent un véritable service sur mesure avec des solutions personnalisées et gratuites. Pour les adeptes de végétaux, retrouvez « Le Bar à Boutures » situé au cœur de l’espace des pépiniéristes. Libre à chacun de venir échanger ou troquer une bouture, une fleur ou autre…et repartir ainsi avec un nouvelle plante ou essence. Un véritable espace d’échange entre passionnés sur lequel on peut bénéficier des conseils avisés de Claire Delahaye, designer de terrasses et jardins chez Slowgarden. Conseils, idées, nouveautés et tendances, cette 14éme édition du salon est l’endroit idéal pour faire germer son projet et faire le plein d’inspirations auprès des 180 exposants.

Le Salon Piscine Jardin & Renov’ Maison pour une panoplie d’exposants

Sélectionnés sur le volet, les exposants sont tous des professionnels du secteur reconnus pour la qualité et la durabilité de leurs offres. On retrouve Alliance piscine, Architecture et Design, Clearwater Spas, Futur Habitat, Génération Piscine, Irrijardin, Leroy Merlin, Piscine et Jardin, Truffaut, Waterair et de nombreuses autres entreprises qui présenteront leurs nouveautés.

Salon Piscine Jardin & renov maison

 

Salon Piscine Jardin & Renov’ Maison

 

En phase avec les dernières tendances du moment, les exposants dévoilent des gammes diversifiées. Plantes, mobilier, pergolas, piscine, couloir de nage, spa…tout est réuni pour imaginer et faire de son extérieur une véritable pièce à vivre, et ce, quelle que soit sa taille.

Emmanuelle Jung

Le Salon Piscine Jardin & Renov’ Maison

Parc Chanot – BP 2 – 13266 Marseille cedex 08

04 91 76 90 60

Contact@safim.com

www.salonpiscineetjardin.com

La plante du mois : le dracaena

31 janvier 2018 Posted by Jardins à vivre, Plante du mois, Plantes, Tendances 0 thoughts on “La plante du mois : le dracaena”

Ce mois-ci, le dracaena est à l’honneur ! Plante détox pour votre intérieur, elle y apporte une touche d’exotisme et de verdure. Facile à apprivoiser, ce végétal dépolluant instaure une belle ambiance dans le salon.

©maplantemonbonheur

 

Le dracaena et ses propriétés purifiantes

©maplantemonbonheur

 

À quoi reconnaît-on un dracaena ? A son ou ses troncs robustes et son feuillage vert, jaune ou doré, avec parfois un zeste de rose ou de rouge. Feuilles fines, petites et pointues ou au contraire généreuses et souples, toutes ces variétés ont en commun leur élégance et leur air de grande dame. Il habille tout type de salon ou espace. Regorgeant de multiples vertus dépolluantes, les dracaenas contribuent à la pureté de l’atmosphère dans la maison. Cette plante d’exception neutralise l’ensemble des produits toxiques présents dans les intérieurs : fumée de cigarette, peinture, ou autre composés volatile…Résolument saine, cette plante dégage plus d’oxygène qu’elle n’en absorbe. Sa forme qui rappelle le palmier avec son aspect exotique se combine à merveille avec tout mobilier, dans toutes les pièces de la maison.

Le dracaena, une plante sortie de la préhistoire

©maplantemonbonheur

 

Originaire du sud de l’Asie et d’Amérique centrale, il s’épanouit aussi en Afrique et dans les archipels voisins : Madère, Cap Vert et surtout les Canaries, où il tient une place à part. Cette plante au tronc robuste est le symbole de Tenerife. Dans le village de Icod de los Vinos, se trouve le plus vieux dracaena du monde. Surnommé le « Dragon millénaire », on estime son âge entre 250 et 350 ans. Les dracaenas ont une espérance de vie très longue et adoptent dans la nature des formes très particulières qui donnent l’impression de sortir tout droit de la préhistoire. Vedette de son territoire, le « Dragon millénaire » est photographié par les touristes de passage et a même sa place sur les réseaux sociaux. Un vrai mythe !

Quelques conseils pour l’apprivoiser

©maplantemonbonheur

 

Le dracaena aime la lumière, mais on évite de la placer en plein soleil. On se contente de l’arroser uniquement lorsque sa terre paraît sèche et on évite de laisser de l’eau au font du pot. La plante stocke l’humidité dans  son tronc et supporte ainsi qu’on oublie parfois de l’arroser. Au printemps et en été seulement, on lui offre une dose d’engrais pour plante d’intérieur toutes les 6 semaines. On s’assure qu’il n’ait jamais froid avec une température intérieur qui ne descend pas en dessous de 10°. L’idéal ? Offrez-lui un emplacement lumineux. Les couleurs exceptionnelles de son feuillage dépendent d’un apport suffisant de lumière naturelle. Incontournable et résistante, le dracaena vous mettra de bonne humeur !

Emmanuelle Jung

 

Beaux livres : 4 nouveautés à ne pas manquer !

29 janvier 2018 Posted by Jardins à vivre, Livres, Plantes, Tendances 0 thoughts on “Beaux livres : 4 nouveautés à ne pas manquer !”

4 beaux livres à découvrir pour commencer l’année en beauté. Niché au chaud dans le rocking chair, ou lézardant sur le canapé, on aime profiter d’un temps mort, et rêvasser en feuilletant de belles pages. Notre sélection du moment.

De beaux livres à avoir dans sa bibliothèque

 

Floraison nippone

Flora Japonica, Masumi Yamanaka et Martyn Rix, éd. Ulmer, 35 €

 

Adulée par horticulteurs et jardiniers européens, la flore du Japon et ses plus belles variétés défilent à travers les pages de ce panorama. Hortensias, camélias, azalées, érables japonais, lys orientaux et toute plante issue de cet archipel ont entraîné d’avides échanges entre botanistes japonais et occidentaux. Depuis plus de deux siècles, cette passion a conduit à la naissance de l’art et l’illustration botanique au pays des baguettes. La première partie du livre dévoile l’histoire des premiers échanges entre les botanistes. La seconde partie nous dresse une sélection de 80 planches botaniques de plantes sauvages japonaises, commandées pour cet ouvrage nippon, qui ne cessent d’influer sur nos jardins occidentaux. Flora Japonica, Masumi Yamanaka et Martyn Rix, éd. Ulmer, 35 €

 

Beauté menacée

A Tribute to Flowers, Richard Fischer, éd. TeNeues, 40 €

 

Chaque année, de nombreuses fleurs disparaissent  de notre planète, sans que personne s’en aperçoive. Des plantes délicates, d’exception, bien souvent méconnues de l’homme. Tel un « ambassadeur des fleurs », Richard Fischer s’évertue depuis des années à honorer ces merveilles menacées depuis son studio photo. En collaboration avec des jardins botaniques de renom, ce maître de la photographie dévoile, dans cet ouvrage,  la beauté des fleurs dans ses clichés, en démontrant leur pouvoir expressif et en leur rendant la dignité qu’elles méritent. Populaire sur le marché de l’art photographique, Richard Fischer dévoile ses créations lors de diverses expositions à Paris, Londres, Tokyo ou Genève.  A Tribute to Flowers, Richard Fischer, éd. TeNeues, 40 €

 

 

L’homme et le monde

Paysages entre nature et histoire, Pierre Wat, éd. Hazan, 99 €

 

L’historien d’art Pierre Wat pose un nouveau regard sur le paysage, en revisitant les œuvres d’hier à la lumière de celles d’aujourd’hui. Telle une traversée de deux siècles d’art occidental, l’historien retrace la grande histoire du paysage de Turner à Kiefer. Confrontant les individus et le monde, Pierre Wat réalise un essai novateur sur la peinture de paysages afin de porter le grand récit de l’humanité. Paysage de ruine, paysage en guerre, et paysages qui confrontent à l’indifférence du monde sont quelques-uns des thèmes qui composent ce beau livre. Paysages entre nature et histoire, Pierre Wat, éd. Hazan, 99 €

 

Aventure photographique

Paysages Français, une aventure photographique 1984-2017, 49, 90 €

 

Jusqu’au 4 février 2018, une exposition magistrale trônait à la BnF et dressait un portrait de la France perçue par des photographes contemporains. À son tour, le catalogue d’exposition nous fait vivre une balade sur quatre décennies et nous révèle les transformations du paysage hexagonal. À l’initiative de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (Datar) en 1984, une trentaine de photographes sont dépêchés aux quatre coins de la France afin de présenter leur vision du paysage français. Loin d’un travail de recensement des lieux français, l’enjeu était de refléter leur propre représentation du territoire, tout en dévoilant les grandes métamorphoses qu’il a subies au fil du temps. Le tout en 1000 tirages, regroupés dans cet ouvrage. Paysages Français, une aventure photographique 1984-2017, 49, 90 €

Emmanuelle Jung

Déco végétale : les 3 tendances majeures en 2018

8 janvier 2018 Posted by Plantes, Tendances 0 thoughts on “Déco végétale : les 3 tendances majeures en 2018”

Depuis quatre ans, l’Office hollandais des fleurs travaille avec un bureau d’études pour définir les grandes tendances de déco végétale. L’objectif ? Traduire en images fortes et végétales les grands courants sociétaux.  Découvrez les 3 thèmes majeurs retenus cette année.

Tendance végétale ROMANCE 3.0

Tendance 2018 Romance 3.0 © lajoiedesfleurs.fr

Tendance 2018 Romance 3.0 © lajoiedesfleurs.fr

LE BRIEF :  Tout est dans la surenchère, notamment dans le domaine du design. Les matériaux sont d’un luxe absolu, les formes pleines et opulentes, les couleurs intenses et riches.
À L’INTÉRIEUR : Vifs, accrocheurs, les tons chauds se mêlent à des motifs délicats. Les plantes sont grandes, vertes ou fleuries, parfois exotiques. Tout se confond : les compositions florales se noient dans le décor, alors que les motifs de la tapisserie ou des rideaux cherchent à voler la vedette aux véritables végétaux.
À L’EXTÉRIEUR : Les espaces sont luxueux, bordé de plates-bandes fleuries aléatoires, de formes douces et ondulées, de mobilier confortable ou richement décoré. Présents depuis plusieurs saisons, l’or et le cuivre continuent de jouer un rôle important.
LES FORMES : Elles sont puissantes, extravagantes et attachantes, très rondes.
LES COULEURS : Riches et variées, les teintes  couvrent du pastel jusqu’aux tons foncés et intenses. À noter que le violet fait son grand retour.

 

Tendance végétale PUNK REBOOTED

Tendance Punk Rebooted © lajoiedesfleurs.fr

Tendance 2018 Punk Rebooted © lajoiedesfleurs.fr

LE BRIEF : Le pouvoir change de main et menace notre sens de la liberté. Nous devenons rebelles, avides d’indépendance. La couleur noire domine, les matériaux sont durs, ils en deviennent presque agressifs, tels des cris de protestation.
À L’INTÉRIEUR : Retour à des espaces bruts. Les intérieurs adoptent un style anarchique. Les formes anguleuses et les matériaux industriels sont rois. Les fleurs et les plantes renforcent l’intensité du message. Utilisées de façon peu orthodoxe, elles transgressent elles aussi les règles de façon délibérée.
À L’EXTÉRIEUR : Les espaces bruts sont valorisés. On mise sur des parcelles aux airs de friche dans lesquelles une force naturelle spectaculaire reprendrait ses droits.
LES FORMES: Elles sont brutes, sauvages, décalées, pointues et tranchantes.
LES COULEURS : Très contrastées, avec différentes nuances de noirs. Le vert, le beige et la couleur chair adoucissent la force du noir, du blanc, du gris et du rouge.
LES MATÉRIAUX :  L’accent est mis sur des matériaux industriels et rugueux.

 

Tendance végétale RÉ-ASSEMBLE

Tendance 2018 Re-Assemble Lajoiedesfleurs.fr

Tendance 2018 Re-Assemble Lajoiedesfleurs.fr

LE BRIEF : Notre société est diverse, la réalité souvent difficile à saisir. Pour tenter d’exploiter toutes les nouvelles possibilités de notre monde, nous tâchons de combiner d’anciens et de nouveaux éléments.
À L’INTÉRIEUR : Tout peut désormais être associé, combiné, dans la plus grande décontraction. Les fleurs et les plantes jouent ici un rôle-clé. On use d’imagination pour intégrer et mettre en scène les fleurs et les plantes, en utilisant, par exemple, des suspensions. Les compositions florales sont aérées et composées à partir d’éléments séparés.
À L’EXTÉRIEUR : Le jardin prend la forme d’un patchwork tridimensionnel. Les divers styles et fonctions se répondent sous des formes ludiques. Le résultat prend la forme d’une grande diversité de plantes fusionnée à des solutions créatives inattendues.
LES FORMES: Aléatoires et variées.
LES COULEURS : Vives, pastel, naturelles et délavées.
LES MATÉRIAUX :  Aussi bien neufs que recyclés, les matériaux renforcent le caractère nonchalant de l’ensemble.

 

L’Office hollandais des fleurs en bref

L’Office hollandais des fleurs a pour objectif de valoriser les fleurs coupées et les plantes en pots, et mène une communication générique au nom de tous les producteurs et commerçants, sous deux signatures, qui sont le coeur du message : lajoiedesfl eurs.fr et maplantemonbonheur.fr. Ces deux marques, créées il y a quatre ans, se doivent de mieux accompagner la filière, d’aider à maintenir une communication avec le public via les réseaux sociaux et le Web, et de mener des actions ciblées, comme des workshops. Selon Ron Jeronimus, responsable marketing France, « En 2017, la tendance était au recadrage radical – nous prenions conscience de la nécessité d’ajuster nos cadres de référence dominants –nous arrivons cette année dans une nouvelle ère, celle de l’Erreur et de l’Essai, autrement dit nous sommes à la recherche de nouvelles solutions après le phénomène d’affaiblissement de nos anciennes structures. »

 

Pour en aller plus loin

Retrouvez dans le  numéro 61 d’ Extérieurs Design toutes les tendances 2018 du jardin et du mobilier. Disponible en kiosques et en ligne sur le shop de Beemedias

Exterieurs Design n° 61

Exterieurs Design n° 61

N.D. 

 

Noël 2017 : on mise sur les livres

19 décembre 2017 Posted by Plantes, Tendances 0 thoughts on “Noël 2017 : on mise sur les livres”

Beaux et divertissants, les livres sont incontournables à la période de Noël. Voici notre sélection à glisser sous le sapin cette année.

Sélection Livres

SECRETS DES ARÔMES

Agrumes, Anne-Sophie Pic

 

« Agrumes » retrace une rencontre. Celle entre Anne-Sophie Pic et le Conservatoire des agrumes de San Giuliano en Corse. À travers son livre, elle perce le mystère des goûts et passe en revue l’histoire des agrumes, du cédrat au sudachi, en passant par le yuzu, la clémentine, la bergamote et autres citrons caviar. Secondée par des ingénieurs, Anne-Sophie Pic arpente les vergers parfumés, goûte et explore pour offrir aux lecteurs gourmets les meilleures recettes. Artisans, producteurs et grands noms de la gastronomie prennent également part à ce voyage gustatif pour partager leur passion et leur savoir-faire. Échauffez vos papilles, « Agrumes » est désormais disponible en libraires ! « Agrumes », Anne-Sophie Pic, éditions La Maison, 120 €

L’HOMME ET LA NATURE

« Écrire la terre, les jardins, les oiseaux », de George Sand (1804-1876) », éditions Plume de carotte

 

Plume de carotte dévoile de nouveaux ouvrages rattachés à la collection « Esprits de nature » qui présente des textes de grands écrivains issus de la littérature mondiale sur la nature. Chaque recueil est consacré à un auteur et révèle des récits de voyages et des aperçus de journaux intimes pour offrir au lecteur de belles pages, et lui permettre de s’évader. Une collection qui fait rêver et surtout qui fait réfléchir sur le rapport entre l’homme et la nature. Parmi les nouveaux titres, on retrouve « Écrire la terre, les jardins, les oiseaux », de George Sand. Son amour absolu de la nature, qui a bâti sa force d’écrivaine, nous transporte à travers ce livre : son enfance à la campagne, ses voyages, ses moments de lecture dans les prés, son lien avec les plantes et les animaux. C’est une tout autre facette de George Sand que nous découvrons dans cet ouvrage. Une auteure soucieuse de préserver la nature pour les générations futures, qui partage, au sein de la collection, sa vision très moderne. « Écrire la terre, les jardins, les oiseaux », de George Sand (1804-1876) , éditions Plume de carotte, collection Esprits de nature, 9,90 €

PLANTES CAPTIVANTES

Succulentes, le design végétal », de Thomas Balay et Frédéric Pautz

 

La perfection graphique des plantes au cœur d’un ouvrage. En effet, Succulentes, le design végétal vous livre soixante-quinze portraits de plantes aux formes des plus surprenantes. Issues de collections remarquables, ces illustrations dévoilent la richesse et la diversité des dix principales familles de plantes grasses. Robuste, sculpturale, délicate ou piquante, cette floraison variée, photographiée par Thomas Balay, est complétée par d’étonnantes précisions sur chacune des plantes, rédigées par Frédéric Pautz, directeur des Jardins botaniques de Nancy. « Succulentes, le design végétal », de Thomas Balay et Frédéric Pautz, éditions Ulmer, 30 €

CULTURES PAYSAGÈRES

« Le Chantier », Les Carnets du paysage no 32, éditions Actes Sud

 

Fruit d’une coédition entre l’École nationale supérieure de paysage de Versailles et les éditions Actes Sud, la revue Les Carnets du paysage s’intéresse aux réalisations et aux projets consacrés au paysage en France et à l’étranger. À travers ce numéro sont évoqués les nouvelles pratiques et les nouveaux acteurs intervenant dans un projet de paysage. Le thème du chantier est ainsi abordé autour de trois axes : la réévaluation des métiers du chantier, de leur savoir-faire et de la place qu’ils occupent dans le processus du projet ; l’expérimentation créative ; et, enfin, la dimension sociale d’un chantier, qui traduit les interactions entre les professionnels et les parties prenantes. La question de la participation des habitants dans la mise en oeuvre d’un projet d’urbanisme et de paysage rend la revue encore plus captivante et essentielle. « Le Chantier », Les Carnets du paysage no 32, éditions Actes Sud, 27 €

 

LA NATURE AU FÉMININ

«Les Magiciennes de la terre», Virginie Luc, éd. Ulmer

 

C’est un panorama d’oeuvres insolites issues de la nature que nous présente Virginie Luc dans ce livre, Les Magiciennes de la terre. Des femmes artistes contemporaines puisent leur inspiration et leurs ressources dans la nature et se hissent désormais sur le devant de la scène artistique mondiale. Forêts invasives, constellations de pierres, pièges végétaux, mécaniques animales… À la fois inspiratrice, support et matériau de leurs œuvres, la nature est omniprésente au sein de ce livre. «Les Magiciennes de la terre», Virginie Luc, éd. Ulmer, 35 €

PANORAMA DE LA NATURE

«Natures», Jean-Marie Laclavetine, éd. Gallimard,

 

Présenté comme une succession d’univers, le livre Natures dévoile un panorama de photographies exploitant la rivière, le marais, l’arbre, la terre, la mer et la montagne. Immortalisés par le photographe Jean-Luc Chapin, les paysages se construisent dans la contemplation des lumières d’hiver, des berges qui s’étirent sous le ciel plombé, des plages où des oiseaux ont laissé leurs empreintes. Les photographies révèlent ici les liens puissants qui unissent l’homme et la nature. «Natures», Jean-Marie Laclavetine, éd. Gallimard, 39 €

VOYAGE PHOTOGRAPHIQUE

«Le Tour du monde en 125 ans, Europe», National Geographic

 

Pionnier du reportage photographique depuis plus de cinq générations, le magazine National Geographic n’a cessé de repousser les limites du possible pour fasciner ses lecteurs par ses photos issues des quatre coins du monde et des océans. Tel un tour du monde, ce volume réunit plus de 200 images abordant voyage, histoire, culture, et sujets de société relatifs à l’Europe pour un périple à travers le temps et l’espace. Les sommets enneigés de la Finlande, les discothèques d’Ibiza, les eaux bleues des îles grecques, le Sud de la France… Ce livre promet une immersion captivante dans tous les recoins du continent. «Le Tour du monde en 125 ans, Europe», National Geographic, 49,99€

CULTURE DU BUIS

«Le Manuel du buis», Lynn R. Batdorf, éd. EBTS France

 

Avis aux amateurs de buis ! Cet arbuste si charmant et pourtant incompris nécessite quelques soins pour habiller votre jardin. Renseignements pratiques, 90 photos en couleurs et soins appropriés sont dévoilés à travers ce guide. «Le Manuel du buis», Lynn R. Batdorf, éd. EBTS France, 29€

JARDINAGE HEUREUX

«Toutes les plantes», Didier Willery, éd. Ulmer

 

Le guide ultime pour choisir la bonne plante selon ses envies et ses extérieurs. Didier Willery, jardinier, photographe et, surtout, reconnu comme l’un des meilleurs connaisseurs de plantes de l’Hexagone, vous livre tous les conseils afin de permettre à votre jardin de s’épanouir. «Toutes les plantes», Didier Willery, éd. Ulmer, 29,90 €

OASIS URBAINE

«Urban Jungle», Igor Josifovic et Judith de Graaf, éd. Eyrolles, 24 €

 

Ce volume d’inspiration invite le vert dans nos vies. L’idée ? Végétaliser son intérieur. Les mordus de plantes, les novices, les experts, les urbains, tous y puiseront des conseils pour faire entrer Dame Nature et donner vie à la maison. «Urban Jungle», Igor Josifovic et Judith de Graaf, éd. Eyrolles, 24 €

Emmanuelle Jung

Les cookies Google Analytics

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc.