mobilier Archives - Page 2 sur 3 - Extérieurs design

Posts tagged "mobilier"

Tendances 2018: l’analyse de Mélanie Bernard, directrice artistique chez Sunbrella

13 février 2018 Posted by Entreprise, Mobilier, Professionnel, Rencontres, Tendances 0 thoughts on “Tendances 2018: l’analyse de Mélanie Bernard, directrice artistique chez Sunbrella”

Dans un joyeux déploiement de couleurs et de formes, les éditeurs de mobilier brouillent  les pistes : ils déclinent les valeurs sûres en extérieur et  affichent  sans complexe du mobilier conçu pour le jardin dans son intérieur. Directrice artistique de Sunbrella, spécialiste des textiles outdoor, Mélanie Bernard décrypte  les tendances et cet affranchissement des codes.

Mélanie Bernard directrice artistique chez Sunbrella

À  l’origine spécialiste du textile outdoor,  Sunbrella lance des nouvelles collections qui reprennent les codes esthétiques et graphiques de l’univers outdoor au profit de celui de l’indoor ; un marché sur lequel elle tend de plus en plus  à s’imposer. Du style dandy à l’interprétation des créateurs scandinaves, l’équipe des huit designers intégrés ont planché sur des effets de tissage pour produire des collections qui s’installent partout.

Comment avez-vous perçu cette tendance  actuelle de l’in et de l’out  chez Sunbrella?

Cela fait cinq ans que, chez Sunbrella, on a intégré ce concept de in et de out, on a d’ailleurs lancé des gammes avec ce nom. En observant les demandes de nos clients, on a constaté que le jardin est aujourd’hui la cinquième pièce de la maison. Il y a une réflexion globale menée sur l’aménagement actuel, on le voit dans le souci des accords, dans le soin mis à choisir une galette, un coussin, un store. On attache de l’importance à ce que rien ne soit dépareillé, que le parasol s’accorde avec le mobilier. 

Le fauteuil 44 Saturne est une icône du mobilier des années 1950. Il est aujourd’hui réédité par Burov dans une version outdoor pour le plus grand plaisir des amateurs de mobilier vintage. Confort et esthétisme s’unissent au sein de cette assise qui joue avec les pleins et les vides. Grâce à ses lignes épurées, Saturne apporte un souffle de modernité à n’importe quel espace. Les pieds sont en acier soudé, quant au dossier, il est fabriqué à partir de mousse moulée rigide et est revêtu d’une toile Sunbrella, un tissu haut de gamme spécialement conçu pour l’extérieur.

Black & white, carreaux, pastel…  les nouvelles collections de Sunbrella  misent sur l’audace ?

L’évolution des textiles libère la créativité. Des textiles un peu plats d’hier, on est passé  à une vraie attention pour le toucher : on aspire à l’apaisement et qui dit bien-être, dit cocooning. On reprend ainsi les codes de l’indoor, avec des effets texturés, tricotés. Nos tissus sont tissés avec des fibres acryliques teintes dans la masse. On utilise des fils plus épais, on joue des croisements, et, en calibrant nos métiers à tisser, on arrive à des effets 3D. Avant, sur la terrasse, on n’hésitait pas à utiliser des couleurs survitaminées, des verts frais, des orangés, quand, à l’intérieur, on avait des coloris sophistiqués, beaucoup de gris… Dans nos gammes outdoor, on est venu aussi apporter ces tons grisés. Les propriétés, les performances des textiles outdoor sont également exploitées à l’intérieur : avec les grandes baies vitrées, on apprécie des rideaux qui résistent aux UV. Parallèlement à la persistance de la tendance scandinave pastel, qui s’approprie l’extérieur,  il y a un vrai retour indoor des motifs masculins, des carreaux, des petits vichy, des pieds-de-poule.  Sur le marché du design, il y a une perception très forte des mouvements actuels, de l’évolution des styles de vie. Dans la mouvance des dandys, il  y a une réinterprétation des classiques, mais en y insérant une note d’ambiguïté : ce petit fil rose que l’on trame dans le motif, comme un souci du détail légèrement décalé, qui va relever le motif et le rendre contemporain. C’est à l’image de ce qui se passe dans la mode, avec la tendance “gender” ; on revisite le vestiaire masculin pour les femmes, mode et déco sont liées. 

Sunbrella, collection Scandinave Indus.

Quelles seront les caractéristiques fortes de l’année 2018 ?

Je pense que la tendance maille est loin de s’arrêter : on voit chez Gloster ou Dedon du point mousse XXL. Et je pense que l’on doit aller plus loin, car l’intérêt de ce type de tissage, c’est son caractère extensible. Pour les coloris, on ira également plus loin, avec des coloris plus saturés, des motifs, pour l’extérieur. Avec l’explosion des associations de matériaux, les designers chercheront encore plus les contrastes. 

 

N.Degardin

Cabanes Gigognes, EGO PARIS

EGO PARIS : la douceur et l’astuce au programme de l’été

30 janvier 2018 Posted by Mobilier, Tendances 0 thoughts on “EGO PARIS : la douceur et l’astuce au programme de l’été”

 Les nouveautés 2018 d’EGO PARIS s’adressent aussi bien aux particuliers qu’aux complexes hôteliers… Toujours dans une esthétique chic et dans un souci de fonctionnalité!

Cabanes Gigognes, EGO PARIS

EGO PARIS Cabanes Gigognes, 

EGO PARIS : Cap sur les collections d’été

À  Maison et Objet, les  éditeurs outdoor présents misaient sur la diversité des gammes, ou sur leurs aspects multifonctions. Ainsi, Fermob se concentrait sur les accessoires et le petit mobilier malin : coussins, table d’appoint, luminaire. Chez Sifas, toute la collecion  Kalife était exposée, avec une mise en avant des diverses finitions possibles, des échantillons qui montraient le tressage complexe et spécifique de cette fibre qui entoure une large bande caoutchoutée. 

Dans cette belle mise en avant des éditeurs français, EGO PARIS  n’était bien évidemment pas en reste . Sur son son stand était dévoilé  le système ingénieux de Cabanes Gigognes  : un ensemble de 5 éléments qui s’imbriquent les uns dans les autres.  Entre la cabane d’enfance et le bain de soleil, chaque cabine  comprend une structure en aluminum thermolaqué, des toiles d’ombrage en Batyline et une banquette en bois repliable. Autre coup de coeur de la rédaction, la chaise longue Zamac était présentée en une nouvelle version outdoor, en finition  matelassée en Alcantara.  Son atout ? Un  toucher velouté incroyable ! Imaginé par  Ronan Masson, suspendu ou sur socle, ce bain de soleil ergonomique accueille avant tout des moments de douceur, de relaxation. La structure en aluminium thermolaqué se décline en 23 coloris et la toile en Batyline en 13 coloris.

 

 

 

EGO PARIS :  Retrouvez l’histoire de  cette entreprise atypique !

EGO PARIS, un mobilier conçu à la carte

Maison et Objet : préparez le printemps !

22 janvier 2018 Posted by Accessoires, Mobilier, Professionnel, Tendances 0 thoughts on “Maison et Objet : préparez le printemps !”

À Maison et Objet, depuis quelques années, les éditeurs outdoor n’ont plus de hall dédié mais prennent place aux côtés des autres marques de mobilier. En images, quelques exemples de la variété des stands présents.

 

À Maison et Objet, Fermob mise sur les accessoires

En septembre dernier, le stand savamment scénographié de Fermob présentait en avant-première les collections 2018, dont la fameuse table Ribambelle. Pour cette édition de janvier, Fermob se concentre sur les accessoires et le petit mobilier malin : coussins, table d’appoint, luminaire… Rappelons la success story de la lampe Balad, qui représente aujourd’hui 10 % du CA de la marque !

 

 

 

À Maison et Objet, Sifas vous invite à tester ses collections

Chez Sifas, toute la collecion  Kalife était exposée. Une façon pour le public de comprendre concrètement les atouts de la fibre particulière qui la constitue, et de percevoir la cohérence et la fonctionnalité particulière des différentes pièces. 

 

 

Maison et Objet : Vondom dans les grandes largeurs

Une fois de plus, Vondom mise sur l’originalité en osant, dès l’entrée du stand, décliner en or et en argent certaines de ses assises iconiques : la Delta, l’Africa et la Wall Street. On retrouvait aussi en master piece le salon modulable Vela conçu par Ramon Esteve.

 

N.D.

L’IMM ouvre le bal des salons dédiés au mobilier

18 janvier 2018 Posted by Agenda, Mobilier, Tendances 0 thoughts on “L’IMM ouvre le bal des salons dédiés au mobilier”

À Cologne, l’IMM offre un beau concentré des mises en marché des nouvelles collections. Bien entendu, l’outdoor y est très  bien représenté !

 

Les nouvelles collections à L’IMM (Koelnmesse)

Pour les professionnels, c’est la foire allemande IMM marque pleinement l’entrée dans une nouvelle année. À quelques jours de décalage suivront par exemple Maison & Objets à Paris ,  en février,  Ambiente à Francfort ( plus dédié à la déco) et Stockholm Furniture … en attendant bien entendu en avril le Salon du meuble de Milan coup de projecteurs sur les créations en cours.  À l’IMM, on y découvre déjà parmi les prototypes présentés au printemps passé, les collections qui franchissent l’étape de la mise en marché. Pour le secteur de l’outdoor, on retrouve donc les principaux éditeurs européens spécialisés  tels EMU, Kettal, Gloster, Viteo, Fermob, Ethimo, Fast…. Mais compte tenu de l’ouverture de ce marché, les stands comprennent aussi les collections extérieures de grands éditeurs de mobilier design, tels B&B Italia ou Living Divani pour ne citer qu’eux.

De l’extérieur vers l’intérieur, la tendance se confirme

En parcourant les allées, on note que la frontière entre les collections in et out d’ailleurs est de plus en plus tenue. Fabricant de textile dédié à l’extérieur, Sunbrella sur son stand insistait sur l’utilisation de ses produits pour du mobilier de salon : l’évolution des textiles permet un toucher plus doux, des camaïeux de couleurs, avec l’atout des contraintes au départ liées à une utilisation outdoor  :une bonne résistance de la couleur pour un mobilier exposé derrière une baie vitrée, et un nettoyage facile.  Enfin, sur les nouvelles collections, on notre bien sûr la présence d’un mobilier XXL  pour des espaces aménagés durablement pour la détente, mais aussi un travail sur des tailles plus réduites tout en gardant une ligne très esthétiques, pour des terrasses moyennes, ou des usages urbains, comme les nouvelles  collections Air de Viteo.  


 

L’IMM en quelques chiffres 

  • 69e édition
  • 1 200 entreprises
  • 50 pays sont présentes
  • 260 000 m2
  • 150 000 visiteurs en 2017

 

N.D.

La couleur de l’année 2018 ? L’ultra violet !

3 janvier 2018 Posted by Jardins à vivre, Mobilier, Tendances 0 thoughts on “La couleur de l’année 2018 ? L’ultra violet !”

Comme tous les ans, Pantone Color Institute, référence mondiale de la couleur, prédit la teinte phare de l’année. Pour 2018, ce sera l’ultra violet, teinte « mystique et spirituelle ». Voici comment l’adopter en outdoor.

Colorama

 

Provocant, vibrant, interpellant, transcendant… le pourpre est censé évoquer l’originalité, et la pensée visionnaire qui propulse vers l’avenir, selon Pantone. Chaque année depuis 1999 cette entreprise américaine décrypte la couleur qui fera la tendance l’année avenir. Une prédiction suivie de près par les stylistes et décorateurs. Découvrez notre panorama pour l’extérieur.

Sur la  table

Nude Glass, Contour Bowl by Pentagon Design, 300 € 

En édition limité, ce vase en verre séduira vos convives. Utilisé en présentoir de table ou en bol, il réchauffe l’atmosphère avec sa couleur pourpre. Nude Glass, Contour Bowl by Pentagon Design, 300 €

Bibliothèque outdoor

B-Line, module de bibliothèque Quiby, Stefan Bench, à partir de 178 €

 

Ce module de bibliothèque design est à poser à même le sol ou empilé. Original et discret à la fois, il offre des espaces de rangements et habille votre terrasse de façon décalé. B-Line, module de bibliothèque Quiby, Stefan Bench, à partir de 178 €

Lignes géométriques

Fermob, Collection Bellevie, fauteuil coloris aubergine, 829 €

 

De dimension généreuse, on aime se prélasser dans ce fauteuil aux lignes contemporaines. Le salon de jardin devient alors un véritable lieu de vie. Fermob, Collection Bellevie, fauteuil coloris aubergine, 829 €

Anticonformiste

Kartell, collection Kartell goes Sottsass. A tribute to Memphis, Tabouret Pilastro

 

Issu d’une collection capsule, cet objet du quotidien devient aussi un objet d’art. Ludique et expressif, il fascine les petits et les grands, et laisse place à la fantaisie avec sa superposition de formes géométriques. Kartell, collection Kartell goes Sottsass. A tribute to Memphis, Tabouret Pilastro, 253 € sur madeindesign.com

Deux en un

B-Line, Tabouret, table basse In & Outdoor Splash, Kristian Aus, à partir de 152 €

 

Inspiré d’une goutte d’eau effleurant le sol, ce tabouret à la silhouette atypique offre deux fonctionnalités. En effet, une fois retourné, il peut aussi faire office de grand vase design. A vous de l’utiliser à votre guise. B-Line, Tabouret, table basse In & Outdoor Splash, Kristian Aus, à partir de 152 €

 

Grillage métallique

Eumenes, Fauteuil Arkys, Jean-Marie Massaud

 

Souple et léger, ce fauteuil à la structure métallique est tressé comme un tissu précieux. L’entrelacement rend son volume incorporel et offre un grand confort d’assise. Avec sa ligne graphique, il trouve sa place dans tous environnements. Eumenes, Fauteuil Arkys, Jean-Marie Massaud 455 € 

Veillées en plein air

MyYour, lampadaire Baby Love, 612 €

 

Cette fleur surdimensionnée (H 175 cm) est idéale pour créer une atmosphère pleine de fantaisie sur la terrasse. Son éclairage doux instaure une ambiance lounge lors de vos veillées nocturnes. MyYour, lampadaire Baby Love, 612 €

Courbes sinueuses

Magis, fauteuil Raviolo, Ron Arad, 372 €

 

Dominé par la courbe, le fauteuil signé Ron Arad possède pourtant une ligne précise et aérienne. Le plastique lui procure un effet léger et souple. Il est comme libre dans l’espace. Magis, fauteuil Raviolo, Ron Arad, 372 €

Jardin à la française

Fermob, Fauteuil bas duo Luxembourg, 489 €

 

Issu de la gamme Luxembourg, ce fauteuil duo était initialement destiné au célèbre jardin du même nom. Emblème du design français, cette pièce en aluminium, pleine de légèreté respire la joie de vivre. Idéale pour des trêves en duo. Fermob, Fauteuil bas duo Luxembourg, 489 €

Emmanuelle Jung

 

 

 

 

 

LE CHARME DU VINTAGE

21 décembre 2017 Posted by Jardins à vivre, Mobilier, Tendances 0 thoughts on “LE CHARME DU VINTAGE”

Inspiration sixties, clin d’œil fifties… Les collections qui font référence aux standards du passé ont toujours autant le vent en poupe.Un soupçon  vintage ? c’est une façon de créer une atmosphère intemporelle, entre chic et glamour.

Dans nos intérieurs, il y a ces éléments que l’on va chiner avec bonheur, ce mobilier que l’on transmet par héritage, ou juste par affection, riche en souvenirs partagés. Mais il y a aussi, parallèlement, l’évolution des techniques et des formes. Les designers s’inspirent, créent en hommage, en mémoire, reprennent des codes, et c’est aussi vrai pour le mobilier d’extérieur. Pour que le rappel fonctionne, il faut la bonne alchimie, le savant dosage entre le « vintage » et le « fashion», ce juste équilibre qui donne le ton. Parfois, c’est la touche d’élégance subtile, à un autre moment, une pointe d’insolence amusée, voire de démesure assumée. Ici, les tons pastel apportent la note intemporelle qui adoucit le rappel, ailleurs, c’est le matériau qui sert la mémoire  : il suffit d’un cordage, juste enroulé autour d’une structure pour voyager dans les seventies, d’une imitation du rotin pour se transporter dans un cottage anglais du début du XXe siècle. À chacun ses codes, des rondeurs, aujourd’hui omniprésentes dans une société où l’on cherche à être rassuré, à un soupçon de liberté dans un jeu aérien. Ce qui fait le charme du vintage, ce sont les voyages, les images présentes dans notre tête, la référence qu’il apporte à l’espace par son décalage et son effet : encore une fois, tout est une question d’atmosphère !

ACCORD PARFAIT

Vlaemynck, collection Vanity

L’esprit fifties est toujours une valeur sûre par ses rondeurs avenantes tout en restant très élégantes. Ici, délicatement incrusté dans les piétements, le teck apporte une note moderne à l’ensemble et, surtout, lui donne une légèreté. Une collection qui comprend des fauteuils et des canapés deux places qui s’intègrent parfaitement dans ce décor naturel, évitant d’associer vintage et rustique. Vlaemynck, collection Vanity

RÉSILLE LÉGÈRE

Emu, collection Nef

Entre haut dossier aérien, légèreté visuelle, la collection Nef nous fait voyager dans les époques : avec un maillage aérien, un entrelacement de cordes fixée par des agrafes en acier, le designer Patrick Norguet crée un effet résille étonnant, tout en gardant le confort : la personne assise est à la fois protégée, mais pas isolée. Emu, collection Nef

L’AIR DE LA MONTAGNE

Ethimo,collectionréglable Montagna

Signée Matteo Thun et Antonio Rodriguez, la collection Allaperto décline une même structure de fauteuil déclinée dans 4 ambiances (Montagna, Grand Hotel, Camping Chic et Urban), un clin d’oeil vintage et léger. D’un esprit alpin, les fauteuils Montagna conservent une structure en teck, des dossiers et assises en fibre EtWick tressée ou en tissu motif tartan. Ethimo,collectionréglable Montagna

DE BELLES ILLUSIONS

Royal Botania, collection Abondo

L’effet rotin fonctionne toujours pour un certain effet cosy, surtout quand on a de l’espace et des perspectives. Ici, nul ne remettrait en question le choix de la fibre synthétique, qui permet de laisser ces fauteuils à l’extérieur sans craindre la météo. Et qui se douterait que, derrière le tissage, se cache une structure en aluminium qui permet cette association dans les formes de lignes droites et de courbes ? Royal Botania, collection Abondo

UNE LARGE OUVERTURE

Magis, fauteuil Raviolo

Entre fauteuil et sculpture, le doute est permis. Cette icône réalisée par Ron Arad pour Magis surprend toujours par sa fluidité et son originalité. Le créateur joue sur les effets de perspectives, mêlant les pleins et les vides selon le point de vue : ce monobloc de polyéthylène ressemble à un ruban de tissu souple et donne un esprit à mi-chemin des délires psychédéliques des sixties et des volutes joyeuses des années 1980. C’est ce qui le rend à la fois terriblement original et si intemporel. Magis, fauteuil Raviolo

ESPRIT COCOONING TRAVAILLÉ

Lafuma, collection Privilège.

Sans perdre son ADN (structure en tube métallique associée à de la toile), Lafuma affirme un positionnement mobilier élargi en travaillant un design plus marqué, ici, inspiré des cocons fifties, pour passer du fond du jardin à la terrasse. Le nouveau coloris rose de cette collection ainsi que le repose-pied associé au fauteuil renforcent ce concept. Privilège est d’ailleurs uniquement distribuée par des enseignes spécialisées de mobilier. Lafuma, collection Privilège.

Nathalie Degardin

Kenneth Cobonpue, fauteuil Zoey

Le design danois dans votre jardin

23 novembre 2017 Posted by Mobilier, Tendances 0 thoughts on “Le design danois dans votre jardin”

Cap au Nord ! Aurélien Barbry, designer à Copenhagen, présente Plank Bench, un banc fonctionnel et bucolique, au design danois. De quoi immiscer la culture scandinave dans votre jardin.

 Skagerak, Plank Bench, création Aurélien  Barbry © 2017 Pernille Christiansen Press Office

 

Plank Bench, un banc au design danois

Avec le banc Plank Bench, imaginé pour l’enseigne de produits contemporains Skagerak, Aurélien Barbry incite aux trêves outdoor à l’abri des tensions quotidiennes. Ce banc léger,  aux lignes très simples, dispose d’un dossier subtilement incliné vers l’arrière, complété par deux planches horizontales créant un plateau. L’idéal pour y poser des tasses, assiettes, ou photophores. Avec cette création, le designer insiste sur la fonctionnalité et le confort. Entièrement conçu en teck, un bois lourd et robuste, Plank Bench a toute sa place au sein d’un aménagement au design scandinave. Son effet naturel instaure une ambiance reposante et chaleureuse, invitant à la détente et à la sérénité, véritables fondements du mode de vie danois. Son plus ? Sa teneur en huiles naturelles qui le rend particulièrement résistant aux intempéries.

 Skagerak, Plank Bench, création Aurélien  Barbry © 2017 Pernille Christiansen Press Office

 

Aurélien Barbry cultive le design danois

Né à Paris, Aurélien Barbry est diplômé de l’Ecole Camondo en tant que designer industriel. C’est en 2008 qu’il décide de prendre ses quartiers à Copenhagen afin de fonder son studio de design. Son maître mot ? Simplicité. Aurélien Barbry aime imaginer et renouveler des objets traditionnels et banals. Après ses débuts, il s’oriente ainsi rapidement vers la culture scandinave et collabore sur divers projets de design, avec les plus grands noms danois tels que Goerg Jensen, Fredericia Furniture, Le Klint ou notamment Normann Copenhagen.

Emmanuelle Jung

 

 

Mobi donne vie à la terrasse

3 novembre 2017 Posted by Accessoires, Eclairages, La pièce insolite, Mobilier, Tendances 0 thoughts on “Mobi donne vie à la terrasse”

Aussi jolie dedans que dehors, Mobi illumine vos espaces en remémorant l’intemporelle histoire de Pinocchio. Histoire d’unir le monde des enfants et celui des adultes…

Mobi, MyYours

 

A la forme insolite et ludique, le luminaire Mobi de MyYour, au design des plus contemporains ne passera pas inaperçu dans votre extérieur. Cette lampe led, inspirée du célèbre roman de Carlo Collodi, « Les aventures de Pinocchio », est parvenue à séduire les enfants et les adultes avec son design. Une fois éclairée, l’objet qui a la forme d’une baleine, dévoile la légendaire marionnette au nez allongé, placée à l’intérieur. Conçu et dessiné par Ale Giorgini, ce luminaire s’utilise en extérieur en version rechargeable avec une autonomie de huit heures. Une version existe également pour l’intérieur dans neuf couleurs.

 

MyYour habille les extérieurs

Enseigne italienne de mobilier et accessoires design, MyYour associe la décoration et le fonctionnel pour aménager les extérieurs. A la pointe du design et de la technologie, la marque propose des produits aux formes élégantes et ludiques à la fois. Son but ? Forcer les limites des idées de design et les dépasser. Un défi tenace, soutenu par une sélection de matériaux de qualité et un travail de précision, sans perdre de vue l’aspect esthétique.

Emmanuelle Jung

 

 

décoration extérieur

Décoration extérieur, secrets d’harmonie

18 août 2017 Posted by Mobilier, Tendances 0 thoughts on “Décoration extérieur, secrets d’harmonie”

En aménageant un espace extérieur, on met en scène un lieu, on crée une atmosphère, on recherche le parfait accord entre le cadre et le mobilier pour renforcer une impression d’unicité. Décryptage d’une décoration parfaitement intégrée au jardin.

Il est des lieux dont l’atmosphère sereine paraît intemporelle, et qui procurent ainsi une détente absolue. Tout paraît être naturellement à sa place, parfaitement aménagé. Dans ces espaces ouverts, tels des signes de ponctuation, le choix du mobilier donne du sens à la lecture du lieu : ici, un salon en bois naturel placé au fond du jardin renforce un esprit d’oasis de verdure, là un daybed au bord d’un bassin offre une douce transition entre la fraîcheur de l’eau et le souffle poétique des graminées, là encore un ensemble d’assises autour d’une table s’inscrit dans le prolongement d’une vue : le regard n’est pas coupé, les lignes de perspectives sont préservées. On s’y sent bien, en paix, parce qu’on ressent la cohérence du site. Les formes, les couleurs et l’environnement se répondent, se complètent, surtout dans les espaces clos, où l’on évite les effets d’enfermement. Le bois interpelle la pierre avec douceur, la lumière s’incruste dans les arbres comme un élément habilement greffé. Derrière ces choix, des gains de place, un aménagement qui respire tout en restant fonctionnel, en osmose totale avec le jardin, jusqu’à se fondre dans le décor.

Subtilement, la lumière s’inscrit dans le tronc des arbres et ne vient pas de projecteurs installés dans les branches. On gagne de l’espace en créant un esprit particulier, comme des flambeaux maîtrisés à la mode contemporaine. Le repos d’un guerrier du XXI e siècle. Sammode, Cherubini.

Dans cet aménagement, un espace ouvert des deux côtés, la longue table s’inscrit parfaitement dans la perspective sans casser la vue. Le bois échange avec la pierre pour éviter un effet de surcharge, la couleur anthracite des assises pose les éléments dans un décor où le vieux rose répond au bleu de l’eau. Dedon, ensemble Tibbo.

Dans ce petit espace, les murs végétaux apportent une respiration qui évite l’enfermement. Le sol en céramique vient en un contraste parfaitement maîtrisé, dans un jeu géométrique optique et raffiné. Le choix de fauteuils ronds apaise cette dynamique sans la briser. Éditées par Kettal, ces assises Basket ont été dessinées dans les années 1950 par Nanna et Jørgen Ditzel, récompensés lors de l’Exposition des artisans ébénistes et de la Triennale de Milan en 1951. L’éditeur espagnol les reproduit pour l’extérieur en fibre artificielle et teck. Kettal, collection Basket.

La pierre au sol et sur les hauts murs nécessite en contraste un mobilier qui respire. Ici, les touches de teck, – du plateau de la table au contour des chaises – assirent une continuité de cet esprit naturel en rappelant les couleurs alentour. Parallèlement, la structure des assises en aluminium se fait très aérienne : on reste dans un caractère contemporain mais avec une cour riche en signes du passé. Le lampadaire vient habilement en duo de l’arbre parfaitement taillé, appuyant cet esprit esthétique et non nostalgique. Royal Botania, table Zidiz, chaises Jive.

 

Nathalie Degardin 

ego paris mobilier extérieur

EGO PARIS, un mobilier conçu à la carte

11 juillet 2017 Posted by Entreprise, Rencontres 0 thoughts on “EGO PARIS, un mobilier conçu à la carte”

Depuis plus de dix ans, Ego Paris développe des collections haut de gamme, disponibles dans une large palette de couleurs et de matières, en s’appuyant sur de grands noms du tissu outdoor, tels Perennials, Missoni Home, Sunbrella et Kvadrat. Des combinaisons qui rendent chaque composition quasiment unique, selon Nicolas Sommereux, directeur général de la société.

Méridienne Hive. De gauche à droite: Yvan Sommereux, responsable production, Nicolas Sommereux, directeur général, Jean Sommereux, responsable commercial.

 

Ego Paris, c’est avant tout une belle histoire familiale  : celle de trois frères qui ont hérité de la fibre entrepreneuriale de leur père. En 2005, ils cherchent une entreprise à reprendre et à développer : cette marque naissante, haut de gamme, retient leur attention par son potentiel de développement. Comme le souligne Nicolas Sommereux, « on voyait monter des marques comme Dedon qui fabriquait à l’étranger, on a eu cette volonté de se démarquer. “Ego”, signifie en quelque sorte “je crée mon propre mobilier et ensemble”. Ce qui nous a plu, c’est cette personnalisation des meubles qui fait que les produits sont forcément fabriqués en France ». Dès le départ, le point fort de la marque est ainsi la déclinaison d’une large gamme de finitions. Première sera logiquement le nom de la collection de départ : assez classique dans sa structure, elle allie l’aluminium et la Batyline pour un ensemble de chaises et d’une table, et un lounger. Pour composer son ensemble, le client a le choix dans la gamme de revêtements des assises, mais aussi pour le plateau de la table, en verre laqué. Cependant, pour Nicolas Sommereux, la deuxième collection, Tandem, marque vraiment le début d’Ego Paris  : « C’est un produit très atypique, sur lequel on va chercher la convivialité.  C’est notre marque de fabrique : un bain de soleil qui se combine avec une plage où poser un verre. » On retrouve le Batyline pour le confort de l’assise et l’éventail de couleurs, et une structure en aluminium, avec cette fois cette plage en teck ou en Corian qui fait la différence. Récompensée d’un Red Dot Award en 2008, cette création reste l’un des produits phares de la société plus de dix ans après. Forte de son succès, Ego Paris pousse un cran plus loin les possibilités de combinaisons avec la ligne Kama. Cette fois, au-delà des revêtements, la structure est aussi composable, ainsi la collection fonctionne sur un ensemble modulable que l’on agence en canapé, méridienne ou lounger en adaptant le coussinage. L’assise est accompagnée d’une table basse, dont le plateau se relève : « À l’extérieur, on reçoit en cassant les codes. Là, on passe au déjeuner en restant dans le canapé. » Pour assurer le confort et garder ce positionnement haut de gamme, les lattes seront issues de l’industrie du sommier.

Jusque-là, le design était réalisé en interne, mais, selon Nicolas Sommereux, « on se bridait, on dessinait en fonction de ce que l’on savait fabriquer ». Les trois frères décident ainsi de franchir une étape et de faire appel à Emmanuelle Legavre pour un produit ludique. Ce sera la collection Kube, qui s’empile, se déploie, à partir d’une ligne très moderne et d’une base simple.

Suivra la collection Hive, dessinée par Fabrice Berrux, qui part d’un principe de ruche  : des modules hexagonaux qu’on assemble, avec une multitude de coussins pour former un cocon familial. En 2016, la marque se pose et décide de mettre à plat l’ensemble de ses gammes. « Dans l’histoire d’Ego Paris, chacun est arrivé avec ses idées de coloris. Nos gammes de couleurs ont évolué au gré de nos collections et de nos rencontres avec ceux qui les ont conçues. Cette année, nous avons fait un gros travail de refonte de nos palettes de couleurs et de matières. Notre objectif était d’avoir une offre plus cohérente qui fonctionne avec toutes nos collections. L’idée est d’ouvrir une palette de couleurs utilisables sur l’ensemble des gammes.  » Dans les faits, la clientèle évite les couleurs vives, ou alors par petites touches, «  les gens aiment surtout le blanc, les gris, les tons neutres, ils ont plus peur de se tromper que de se lasser. On se rassure en revenant sur ce qui est présenté en magasin ou en photo d’ambiance dans les catalogues. On le voit car lorsqu’on y présente des collections audacieuses, elles sont validées. Ainsi, lors du cobranding que l’on a développé avec Missoni Home pour la collection Hive, j’ai été surpris de la forte adhésion des gens ».

Pour conserver cet ADN fort de personnalisation, les trois frères se sont concentrés sur les propositions de revêtements, à l’image de ce travail fait sur le Stamskin One, que le public pouvait découvrir au dernier Maison  &  Objet. Ce tissu enduit, très naturel au toucher, rappelle la texture dite « peau de pêche ». Sont travaillées aussi les structures, «  jusqu’à présent, les revêtements externes étaient en fil de polyester teint dans la masse, avec un toucher synthétique peu agréable. Depuis deux ou trois ans, on se rapproche du toucher des matériaux propres à l’intérieur ». Une collaboration particulière est montée avec Ferrari pour concevoir de nouveaux tissages pour leurs toiles Batyline. Pour rester dans cette ligne «  personnalisation et convivialité », Ego Paris mise également sur l’accessoirisation. Une évidence avec la table Extrados : le système est composé de deux plateaux et d’un chemin de table en teck, en Corian ou aluminium, qui peut être complété par un bac, un billot, un porte-couteaux… La collection Hive vient, elle, de s’équiper de bacs qui reprennent cette forme de calisson, qui fonctionnent parfaitement avec la base hexagonale de l’ensemble.

ego paris mobilier extérieur

Collection Kama

Les cookies Google Analytics

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc.