Milan 2017 Archives - Extérieurs design

Posts tagged "Milan 2017"

Après Le Refuge, Marc Ange dévoile ses Araignées à Art Basel Miami !

8 décembre 2017 Posted by Agenda, Designer, Mobilier, Rencontres, Tendances 0 thoughts on “Après Le Refuge, Marc Ange dévoile ses Araignées à Art Basel Miami !”

Art Basel, l’une des plus importantes expositions d’art contemporain au monde, pose ses valises à Miami jusqu’au 10 décembre 2017. L’occasion de découvrir la sélection du créateur Marc Ange, qui a déjà fait le tour de la toile.

MARC ANGE , LE REFUGE © CLAUDIA FERRI

 

Les Araignées et le Refuge, Marc Ange ©Éclat Public Relations

 

L’installation de Marc Ange, inspirée de songes de son enfance

Le Refuge, Marc Ange ©Éclat Public Relations

Du 5 au 10 décembre prochain, à l’occasion de la Miami Art Basel, le designer et artiste parisien Marc Ange dévoile sa nouvelle installation. Les Araignées et Le Refuge seront donc exposés au Fuena Hotel de Miami. Le Refuge, le célèbre lit de repos qui a déjà séduit le monde entier après son apparition à la Milan Design Week, est complété par Les Araignées, une collection de fauteuil à la forme atypique et représentant ces insectes aux huit pattes.

MARC ANGE, REFUGE © MARC ANGE

MARC ANGE ©  Minh Tran

 

Le Refuge a été le concept le plus photographié et partagé sur les réseaux sociaux, générant ainsi une profusion de hashtags (#marcange, #LeRefuge et #WallpaperHandmade). Cet engouement lui a valu le titre de « La pièce la plus emblématique de la semaine du design de Milan ». Composée d’une méridienne nichée dans la végétation surplombée de palmiers métalliques roses, cette installation a été conceptualisée spécifiquement pour The Invisible Collection, enseigne de vente en ligne de mobilier design. Telle une projection d’un souvenir d’enfance du créateur, Le Refuge est imaginé comme un havre de paix, où confort et quiétude sont au rendez-vous. Ses grandes feuilles forment un abri sous le soleil, loin de la réalité, celle de la jungle imaginaire et des créatures redoutées qui raisonnent dans la chambre d’un enfant. Modulable et démontable, cette pièce en édition limitée à toute sa place en outdoor.

Les Araignées, Marc Ange ©Éclat Public Relations

Si Le Refuge apparaît comme un îlot de sérénité, Les Araignées représentent une peur infantile démesurée. Parées de tissu Sunbrella, Les Araignées ont leur place aussi bien en intérieurs qu’en extérieurs. Les différentes zones sont rembourrées, qu’il s’agisse de l’assise, la base, le dossier et les pieds, et se personnalisent grâce à une flopé de tissus. Quant au siège circulaire, il est suspendu par une multitude de pieds en métal, dont les finitions se déclinent à l’or, l’argent et le cuivre. « Les Araignées s’inspirent du comportement menaçant des petites créatures qui ont hanté mes rêves d’enfance et sont la raison pour laquelle Le Refuge existe », précise Marc Ange. Une dualité que retrace l’installation Les Araignées et Le Refuge.

Marc Ange, designer aux « créations de l’extraordinaire »

APR – PORTRAIT MARC ANGE

 

Issu d’une famille à l’histoire surréaliste, sans racine, partagée entre arts, religions et folie, Marc Ange garde de son enfance la confusion du réel et de l’irréel, qui oriente chacune de ses créations. Née à Rome à l’époque terrifiante des Brigades Rouge, le designer a grandit à Paris et partage sa vie entre la capitale française et Los Angeles.  Diplômé de l’école de design ESDI (Paris), il décide de faire de l’art son business et fonde Bloom Room en 2008, studio parisien réunissant des créateurs aux profils hors-normes et complémentaires. Bloom Room est présent à travers le monde, sans afficher aucune limite de secteur, sa seule spécialisation étant « la recherche de l’extraordinaire » dans les créations. En puisant son inspiration dans les illusions et les songes de son enfance, Marc Ange aime raconter des histoires à travers les objets qu’il invente en prenant racine dans le surréalisme. Avec son émotion comme fil conducteur, sa recherche de perfection l’entraîne toujours plus loin.

            Emmanuelle Jung

Royal Botania milan 2017

[Milan 2017] Royal Botania : l’ergonomie absolue

29 mai 2017 Posted by Jardins à vivre, Reportages 0 thoughts on “[Milan 2017] Royal Botania : l’ergonomie absolue”

Célébrant ses 25 ans, Royal Botania a présenté ses nouveautés 2017 à Milan à l’occasion du Salone del Mobile. Rencontre avec Frank Boschman, cofondateur de la marque avec Kris Van Puyvelde.

Depuis 25 ans, Royal Botania nous accompagne  au jardin au gré de mobilier outdoor contemporain de qualité. Si le teck fut le bois  de prédilection des deux fondateurs lorsqu’ils créèrent la société après un voyage en Indonésie, le duo anticipa l’usage de matériaux en version outdoor en proposant des créations en aluminium et inox dès la fin des années 1990. A l’avant-garde des tendances extérieures, Royal Botania a toujours misé sur le confort et l’ergonomie. Illustration avec un accessoire, souvent  sujet à complication : le parasol au mécanisme totalement revisité par Royal Botania. Lancé cette année, le parasol Palma à la ligne svelte  est surtout totalement automatisé : on soulève légèrement un des bras de l’équipement et il se déploie automatiquement. A l’inverse, il se rétracte intégralement, une fois,  un des bras légèrement tiré vers le bas. Un confort d’usage au quotidien, fruit d’une recherche technique élaborée et brevetée. 

Royal Botania pense l’aménagement de la terrasse comme prolongation de nos intérieurs. Mariage de teck, aluminium et fibre synthétique, la chaise Jive et ses accoudoirs accueillants est un condensé de finitions de qualité pour trouver de même sa place dans nos salons. De même, la société présente une nouvelle collection de textiles à l’épaisseur et la douceur accrue pour des revêtements de coussins aussi chaleureux qu’à l’intérieur de la maison.

Nicole Maïon

Ethimo Milan 2017

Salon de Milan 2017 : Ethimo mise sur des collections complémentaires

19 avril 2017 Posted by Entreprise, Mobilier, Rencontres, Tendances 0 thoughts on “Salon de Milan 2017 : Ethimo mise sur des collections complémentaires”

À Milan, le stand d’Ethimo, mis en scène par le cabinet Norguet, présentait essentiellement des compléments de collections dans l’ADN de la marque : sobriété naturelle  et haut de gamme.  Mais certaines nouvelles pièces ont créé la surprise, comme la déclinaison de la gamme Allaperto.

Très chaleureux, le stand d’Ethimo présentait à Milan de nouveaux prototypes, comme le  fauteuil Kilt de Marcello Ziliani, une nouvelle assise de Luca Nichetto ou la collection Agave conçue par Mattia Albicini. Mais la marque italienne étonnait vraiment en sortant de sa ligne traditionnelle avec la collection Allaperto »  signée Matteo Thun et Antonio Rodriguez.  Loin de l’appel traditionnel du teck et des formes douces et organiques qui caractérisent généralement les autres collections, cette déclinaison d’une même structure de fauteuil pensée  pour quatre décorations différentes –  Montagna, Grand Hotel, Camping Chic et Urban – ouvre la marque sur  un clin d’oeil vintage et léger. Démonstration en images.

 

Batyline Serge Ferrari

Milan 2017 Moroso : Voyage au jardin

18 avril 2017 Posted by Entreprise, Mobilier, Rencontres, Tendances 0 thoughts on “Milan 2017 Moroso : Voyage au jardin”

A l’occasion du Salone del Mobile qui s’est tenu à Milan du 4 au 9 avril dernier, l’éditeur italien Moroso a  présenté ses dernières collections de mobilier  indoor mais aussi outdoor.

La merveilleuse collection M’Afrique se poursuit avec plusieurs pièces basées sur le même principe : le tissage à la main de fils de plastique propre au savoir faire de l’artisanat africain. A l’instar des créations précédentes dessinées par des créateurs comme Patricia Urquiola, ou Tord Boontje, Patrizia Moroso a laissé carte blanche à Martino Gamper mais aussi Concetta Giannangeli, cette dernière ayant déjà marqué de son empreinte la collection M’Afrique.

Martino Gamper a traduit le repos outdoor au gré de lignes tout en douceur pour le lounger Arco  de même que pour la gracieuse balancelle Pendent.

Concetta Giannangeli poursuit le voyage avec l’assise Sama. Cette dernière emprunte son nom à la  danse giratoire sacrée des derviches tourneurs soufis. De quoi nous faire tourner la tête !

 

Nicole Maïon

Les cookies Google Analytics

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc.