fleurs Archives - Extérieurs design

Posts tagged "fleurs"

Repenser le jardin avec « Le nuancier du jardinier » !

18 juin 2018 Posted by Livres, Paysagiste, Professionnel, Rencontres 0 thoughts on “Repenser le jardin avec « Le nuancier du jardinier » !”

Alexandra Torossian et Morgane Ilin (paysagistes de l’agence « Canopées ») ont publié en mai dernier un livre au concept original : Le nuancier du jardinier. L’ouvrage rassemble une somme considérable d’espèces végétales (plus de 3500 plantes) en les classant par couleurs. Résultat d’un travail minutieux sur la chromie, il se présente comme un outil qui pourrait s’avérer très précieux dans le travail de création paysagère, aussi bien pour l’amateur que le professionnel. Découvrez notre interview de ses deux auteurs.

 

Alexandra Torossian © Canopées

 

Morgane Ilin © Canopées

 

Comment vous-est venu l’idée de réaliser un nuancier de plantes ?

Alexandra : L’idée m’est venue il y a 5 ans face à un besoin réel dans notre travail de paysagiste. On concevait des jardins, on composait des massifs puis on plantait… Mais quand on repassait après les floraisons, il y avait parfois un décalage très grand en termes de couleur entre ce qu’on avait vu sur internet ou dans un livre… Dans la réalité, des associations ne fonctionnaient pas alors qu’elles étaient censées «marcher sur le papier ». On a décidé de prendre en photo les plantes sur nos jardins et de les classer pour avoir une référence basée sur la réalité. On a rassemblé les 3500 plantes sur plusieurs années, durant chaque saison, pour pouvoir observer toutes les floraisons. Ça a été très dense. On a axé notre travail sur des plantes de rusticité classique. Il y a aussi des plantes méditerranéennes ou non rustiques mais l’ouvrage ne se concentre pas sur ce type de végétaux. On couvre donc une grande partie de la France, la Belgique, la Hollande, la Suisse…

 

« Le nuancier du jardinier », page consacrée à la couleur « rose corail »

 

Quelles catégories de plantes avez-vous incluses  dans ce nuancier ?

Alexandra : Quand on fait un jardin, on commence par la strate haute, les arbres, après on passe aux arbustes, puis les vivaces, grimpantes, graminées, mais on travaille toujours tout en relation avec le tout. Dans le livre, il fallait que toutes ces strates soient représentées pour avoir cette richesse, de la profondeur de champ, du contraste, des harmonies… On ne voulait rien exclure. Ce qui est le plus représenté reste tout de même les plantes vivaces. Il y a aussi beaucoup d’arbustes. Les arbres fleurissent moins donc ils sont peu représentatifs pour la couleur. Les graminées sont moins représentées aussi. Leur florescence peut être colorée mais elle reste le plus souvent verte donc on ne s’est pas attardé sur ce type de plantes. On en a mis des petites touches, comme pour le feuillage à la fin de l’ouvrage. Le but c’est d’avoir un petit support en feuillage pour compléter les massifs si on veut du vert, du panaché… Pour les gens, la base du jardin, c’est la fleur. C’est très rare que les clients ne nous parlent pas de fleurs ou de couleurs.

 

« Le nuancier du jardinier », page consacrée à la couleur « violet bleu »

 

À qui s’adresse votre livre ?

Morgane : À la base, on l’a conçu comme un outil pour nous en tant que paysagistes mais chacun peut tout à fait s’approprier cet outil. S’ils ont envie de faire un jardin bleu, ils regardent la page des bleus, voient ce qui leur plaît et utilisent les plantes qui les intéressent.

Alexandra : Ce livre enrichit notre mémoire puisqu’on a à disposition tous les végétaux auxquels on ne penserait pas. Visuellement, il nous permet de vérifier assez vite les associations qui fonctionnent. Les amateurs vont aller dans un magasin, choisir une fleur au hasard, et obtiennent souvent un résultat qui manque d’harmonie. Ce livre est aussi fait pour que les gens puissent s’approprier cette façon de jardiner sans nécessairement faire appel à un paysagiste. Il y a toutes les informations sur les plantes : l’exposition, le besoin en eau, la rusticité… Elles sont classées par couleur mais il y aussi des indications sur chacune pour savoir quelles espèces peuvent pousser au même endroit. J’aimerais que le livre transforme la façon dont les jardins sont créés, que les amateurs découvrent une richesse végétale qu’ils ne soupçonnaient pas. Bien sûr, il existe des nuanciers de roses ou d’iris mais c’est surtout fait pour être « vendeur », on ne fait pas de jardin qu’avec une fleur. Cet ouvrage pourrait favoriser la créativité et permettre à des amateurs d’avoir des jardins plus riches, plus aboutis.

Morgane : La plupart des gens ne se rendent pas compte de la variété de plantes et de couleurs. Avec ce livre, ils prennent conscience du nombre de cartes avec lesquelles ils peuvent jouer quand ils conçoivent un jardin.

 

Cet ouvrage est-il réellement un outil pour les paysagistes ?

Alexandra : Oui je crois. Jusqu’ici on a toujours travaillé avec des espèces de béquilles mentales pour savoir quelles plantes utiliser et où… Ce qui est compliqué quand on se base sur la mémoire, même lorsqu’on est un professionnel, c’est qu’on oublie 9 trucs sur 10. On finit par faire toujours le même jardin, les mêmes associations. Le livre propose des infos que vous ne trouverez pas dans un autre livre ou sur internet. C’est la première fois qu’on met au service des gens cette connaissance. On a réalisé ce livre parce-que l’on en avait besoin, qu’on en rêvait et il n’y a pas de raisons pour que ça ne soit pas le cas d’autres paysagistes.  Avec cet ouvrage, le lecteur a tout à sa disposition. Depuis qu’on travaille à partir de ce livre, on gagne un temps fou. On va deux fois plus vite pour concevoir un jardin et on fait de nouvelles associations, on crée des choses qu’on avait jamais fait. On a beaucoup travaillé avec un pantonier, à l’imprimerie, on a vérifié la chromie avec les graphistes. La couleur imprimée, c’est la couleur exacte. Si c’est reproduit, copié sur internet, ça ne vaudra plus rien parce-que d’un écran à l’autre on n’aura pas la même couleur.

 

« Le Nuancier du jardinier » est actuellement disponible aux éditions Ulmer. 160 pages, 3000 illustrations. 29,90 €

 

Couverture du « Nuancier du jardinier »

 

Le jardin de Keukenhof, trésor floral des Pays-Bas!

24 avril 2018 Posted by Agenda 0 thoughts on “Le jardin de Keukenhof, trésor floral des Pays-Bas!”

Le jardin de Keukenhof est le plus grand parc floral du monde. Situé en Hollande méridionale, aux Pays-Bas, il s’étend sur 32 hectares consacrés à la culture des fleurs. Coup de projecteur sur ce lieu d’exception.

 

Keukenhof, un site floral historique

Jardin de Keukenhof © Nik Sire Films, Wiebe de Jager

 

Keukenhof est un des jardins les plus renommés de la planète. Ouvert seulement huit semaines par an, il rassemble plus de 7 millions de bulbes en fleurs dont pas moins de 800 différentes espèces de tulipes, fleur indissociable des Pays-Bas. Chaque année, il accueille plus d’1 million de visiteurs issus de 100 pays différents, les touristes étrangers représentant 75% des entrées. Le site est fortement ancré dans l’histoire du pays. Son existence remonte au XVe siècle. Le lieu dépendait alors du château de Teyllingen et servait de jardin potager à la comtesse Jacqueline de Bavière qui régna de 1417 à 1433 sur la Hollande, la Zélande et le Hainaut. C’est là que ses cuisiniers venaient chercher leurs ingrédients, ce qui valut au lieu le patronyme de Keukenhof qui signifie « jardin de la cuisine ». Le château de Keukenhof sera lui construit plus tard en 1641. C’est seulement au XIXe siècle que le lieu se transforme en jardin d’agrément avec la création d’un parc au style anglais, espace qui forme toujours la base du site actuel. Un siècle plus tard, en 1949, un groupe de producteurs et d’exportateurs de bulbes de fleurs a l’idée d’organiser sur ce domaine une exposition de bulbes à floraison printanière. Cela signe la naissance du parc tel qu’on le connait aujourd’hui. Il ouvre l’année suivante et connait un succès immédiat avec 236 000 visiteurs. Cette année, Keukenhof ouvre ses portes pour la 69e fois, une nouvelle édition placée sous le thème de la « Romance florale ».

 

Un lieu exclusivement dédié aux fleurs

 

Chaque année, quarante jardiniers sont en charge de planter les bulbes. Après la saison, ils sont extraits du sol, et à l’automne, des nouveaux sont plantés. Pour donner constamment un nouveau visage au parc, la plantation est repensée tous les ans par les paysagistes qui réalisent les plans des massifs un an à l’avance. Elle est élaborée en fonction de la floraison précoce ou plus tardive des bulbes, de façon que les visiteurs puissent profiter des fleurs pendant toute la période d’ouverture du parc. Les 7 millions de bulbes pour la plantation sont gracieusement livrés par cent fournisseurs. Près de vingt expositions de fleurs et de plantes se succèdent dans les pavillons, l’occasion pour les producteurs de montrer une grande variété de végétaux de type divers. 500 cultivateurs et commerçants participent aux expositions florales et un jury de professionnels élit la meilleure fleur dans sa catégorie. Pour raconter comment la tulipe est arrivée aux Pays-Bas, une exposition, « Tulpomania », est organisée qui retrace l’histoire de la fleur, la « tulipomanie » au 17ème siècle et la tulipe d’aujourd’hui comme icône contemporaine du pays. L’évènement propose aux visiteurs de baptiser leur propre tulipe mais aussi d’obtenir conseils et astuces d’experts pour planter des bulbes de fleurs dans leur jardin. 

 

Keukenhof est ouvert tous les jours du 22 mars au 13 mai inclus (dimanches et jours fériés compris) de 08h00 à 19h30 (caisses ouvertes jusqu’à 18h00). 

 

Découvrez notre vidéo consacré au jardin de Keukenhof : 

 

 

 

Blues hivernal ? Optez pour les fleurs !

1 mars 2018 Posted by Accessoires, Jardins à vivre, Plantes, Pratique, Tendances 0 thoughts on “Blues hivernal ? Optez pour les fleurs !”

Qui a dit que le blues hivernal était une fatalité ? Pluie, neige et grand froid, cette année, l’hiver ne nous épargne pas. Pourtant rien ne nous oblige à voir la vie en gris ! Pour lutter contre cette morosité saisonnière qui s’installe, on craque pour la tulipe et le freesia. Toutes deux antiblues, elles savent nous faire sourire.

Lajoiedesfleurs.fr / Fleurs d’hiver

 

 

La tulipe pour la joie de vivre

Part entière de notre quotidien, la tulipe fait l’unanimité. En plein hiver, quand l’ambiance est froide et monotone, on la glisse habilement dans un vase pour mettre une touche de couleur et de vie dans la maison. Et pourtant nos tulipes en ont fait du chemin avant d’arriver dans nos jolis vases.

Lajoiedesfleurs.fr / Fleurs d’hiver

 

Si on la cueille en milieu naturel dans le nord de l’Afrique et le nord-ouest de la Chine, elle s’épanouit particulièrement dans les trois chaînes montagneuses d’Asie Centrale : le Pamir, le Tian Shan et l’Hindu-Kush. Les nuits y sont froides et les hivers longs…mais la tulipe apprécie ces conditions rudes pour grandir. Ce n’est qu’au 16e siècle que la tulipe fait une arrivée triomphante en Turquie. Elle devient une véritable icône de mode. Ses couleurs vives et sa forme séduisent et fait d’elle un « objet de désir absolu ». Elle inspire aussi les peintres et est célébrée lors de festivals. Le prix d’une simple tulipe équivaut alors à celui d’une maison ! On s’arrache ses bulbes qui s’échangent à prix d’or.

Lajoiedesfleurs.fr / Fleurs d’hiver

 

Depuis, cette plante s’invite dans tous les intérieurs et est devenue cette fleur vitaminée qui fait tant de bien au moral, lorsque l’hiver s’éternise. Blanche, rouge, jaune, rose, violette, orange, verte…il y en a pour tous les goûts. On l’aime en solo pour illuminer un intérieur design, on la préfère en brassées imposantes pour en mettre plein les yeux. En centre de table, elle insuffle la bonne humeur et instaure une ambiance trendy !

Le freesia pour une ambiance vintage

Un parfum délicat, des couleurs éclatantes, une ligne ornée de fleurs et de bourgeons…Oui c’est bien le freesia qui signe son grand retour ! Avec son allure à la fois sophistiquée et vintage, cette fleur a tout pour être dans l’air du temps. On l’invite donc au sein d’un intérieur chic et un brin fifties. Ce petit bijou floral ne demande qu’à sublimer nos espaces.

Lajoiedesfleurs.fr / Fleurs d’hiver

 

En plus d’ajouter un zeste de rétro à la maison, cette fleur est pleine d’énergie. Avec ces couleurs, elle insuffle la vitalité et fait l’effet d’un rayon de soleil dans le salon. Originaire d’Afrique du Sud, sa forme élégante lui a valu le surnom de « Muguet du Cap ».

Lajoiedesfleurs.fr / Fleurs d’hiver

 

Synonyme d’amour « pur et inconditionnel », il est de coutume d’offrir le freesia pour célébrer 7 ans de mariage. Résolument enchanteresse, cette plante au parfum délicat est propice au bien-être. Avec ses pouvoirs relaxants, le freesia envahit aussi nos cosmétiques. En crème de jour, de nuit, gel douche ou en lait corps, il allégerait nos tensions du corps et de l’esprit. Courage, le printemps n’est plus si loin !

Emmanuelle Jung

La plante du mois : le dracaena

31 janvier 2018 Posted by Jardins à vivre, Plante du mois, Plantes, Tendances 0 thoughts on “La plante du mois : le dracaena”

Ce mois-ci, le dracaena est à l’honneur ! Plante détox pour votre intérieur, elle y apporte une touche d’exotisme et de verdure. Facile à apprivoiser, ce végétal dépolluant instaure une belle ambiance dans le salon.

©maplantemonbonheur

 

Le dracaena et ses propriétés purifiantes

©maplantemonbonheur

 

À quoi reconnaît-on un dracaena ? A son ou ses troncs robustes et son feuillage vert, jaune ou doré, avec parfois un zeste de rose ou de rouge. Feuilles fines, petites et pointues ou au contraire généreuses et souples, toutes ces variétés ont en commun leur élégance et leur air de grande dame. Il habille tout type de salon ou espace. Regorgeant de multiples vertus dépolluantes, les dracaenas contribuent à la pureté de l’atmosphère dans la maison. Cette plante d’exception neutralise l’ensemble des produits toxiques présents dans les intérieurs : fumée de cigarette, peinture, ou autre composés volatile…Résolument saine, cette plante dégage plus d’oxygène qu’elle n’en absorbe. Sa forme qui rappelle le palmier avec son aspect exotique se combine à merveille avec tout mobilier, dans toutes les pièces de la maison.

Le dracaena, une plante sortie de la préhistoire

©maplantemonbonheur

 

Originaire du sud de l’Asie et d’Amérique centrale, il s’épanouit aussi en Afrique et dans les archipels voisins : Madère, Cap Vert et surtout les Canaries, où il tient une place à part. Cette plante au tronc robuste est le symbole de Tenerife. Dans le village de Icod de los Vinos, se trouve le plus vieux dracaena du monde. Surnommé le « Dragon millénaire », on estime son âge entre 250 et 350 ans. Les dracaenas ont une espérance de vie très longue et adoptent dans la nature des formes très particulières qui donnent l’impression de sortir tout droit de la préhistoire. Vedette de son territoire, le « Dragon millénaire » est photographié par les touristes de passage et a même sa place sur les réseaux sociaux. Un vrai mythe !

Quelques conseils pour l’apprivoiser

©maplantemonbonheur

 

Le dracaena aime la lumière, mais on évite de la placer en plein soleil. On se contente de l’arroser uniquement lorsque sa terre paraît sèche et on évite de laisser de l’eau au font du pot. La plante stocke l’humidité dans  son tronc et supporte ainsi qu’on oublie parfois de l’arroser. Au printemps et en été seulement, on lui offre une dose d’engrais pour plante d’intérieur toutes les 6 semaines. On s’assure qu’il n’ait jamais froid avec une température intérieur qui ne descend pas en dessous de 10°. L’idéal ? Offrez-lui un emplacement lumineux. Les couleurs exceptionnelles de son feuillage dépendent d’un apport suffisant de lumière naturelle. Incontournable et résistante, le dracaena vous mettra de bonne humeur !

Emmanuelle Jung

 

Beaux livres : 4 nouveautés à ne pas manquer !

29 janvier 2018 Posted by Jardins à vivre, Livres, Plantes, Tendances 0 thoughts on “Beaux livres : 4 nouveautés à ne pas manquer !”

4 beaux livres à découvrir pour commencer l’année en beauté. Niché au chaud dans le rocking chair, ou lézardant sur le canapé, on aime profiter d’un temps mort, et rêvasser en feuilletant de belles pages. Notre sélection du moment.

De beaux livres à avoir dans sa bibliothèque

 

Floraison nippone

Flora Japonica, Masumi Yamanaka et Martyn Rix, éd. Ulmer, 35 €

 

Adulée par horticulteurs et jardiniers européens, la flore du Japon et ses plus belles variétés défilent à travers les pages de ce panorama. Hortensias, camélias, azalées, érables japonais, lys orientaux et toute plante issue de cet archipel ont entraîné d’avides échanges entre botanistes japonais et occidentaux. Depuis plus de deux siècles, cette passion a conduit à la naissance de l’art et l’illustration botanique au pays des baguettes. La première partie du livre dévoile l’histoire des premiers échanges entre les botanistes. La seconde partie nous dresse une sélection de 80 planches botaniques de plantes sauvages japonaises, commandées pour cet ouvrage nippon, qui ne cessent d’influer sur nos jardins occidentaux. Flora Japonica, Masumi Yamanaka et Martyn Rix, éd. Ulmer, 35 €

 

Beauté menacée

A Tribute to Flowers, Richard Fischer, éd. TeNeues, 40 €

 

Chaque année, de nombreuses fleurs disparaissent  de notre planète, sans que personne s’en aperçoive. Des plantes délicates, d’exception, bien souvent méconnues de l’homme. Tel un « ambassadeur des fleurs », Richard Fischer s’évertue depuis des années à honorer ces merveilles menacées depuis son studio photo. En collaboration avec des jardins botaniques de renom, ce maître de la photographie dévoile, dans cet ouvrage,  la beauté des fleurs dans ses clichés, en démontrant leur pouvoir expressif et en leur rendant la dignité qu’elles méritent. Populaire sur le marché de l’art photographique, Richard Fischer dévoile ses créations lors de diverses expositions à Paris, Londres, Tokyo ou Genève.  A Tribute to Flowers, Richard Fischer, éd. TeNeues, 40 €

 

 

L’homme et le monde

Paysages entre nature et histoire, Pierre Wat, éd. Hazan, 99 €

 

L’historien d’art Pierre Wat pose un nouveau regard sur le paysage, en revisitant les œuvres d’hier à la lumière de celles d’aujourd’hui. Telle une traversée de deux siècles d’art occidental, l’historien retrace la grande histoire du paysage de Turner à Kiefer. Confrontant les individus et le monde, Pierre Wat réalise un essai novateur sur la peinture de paysages afin de porter le grand récit de l’humanité. Paysage de ruine, paysage en guerre, et paysages qui confrontent à l’indifférence du monde sont quelques-uns des thèmes qui composent ce beau livre. Paysages entre nature et histoire, Pierre Wat, éd. Hazan, 99 €

 

Aventure photographique

Paysages Français, une aventure photographique 1984-2017, 49, 90 €

 

Jusqu’au 4 février 2018, une exposition magistrale trônait à la BnF et dressait un portrait de la France perçue par des photographes contemporains. À son tour, le catalogue d’exposition nous fait vivre une balade sur quatre décennies et nous révèle les transformations du paysage hexagonal. À l’initiative de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (Datar) en 1984, une trentaine de photographes sont dépêchés aux quatre coins de la France afin de présenter leur vision du paysage français. Loin d’un travail de recensement des lieux français, l’enjeu était de refléter leur propre représentation du territoire, tout en dévoilant les grandes métamorphoses qu’il a subies au fil du temps. Le tout en 1000 tirages, regroupés dans cet ouvrage. Paysages Français, une aventure photographique 1984-2017, 49, 90 €

Emmanuelle Jung

Déco végétale : les 3 tendances majeures en 2018

8 janvier 2018 Posted by Plantes, Tendances 0 thoughts on “Déco végétale : les 3 tendances majeures en 2018”

Depuis quatre ans, l’Office hollandais des fleurs travaille avec un bureau d’études pour définir les grandes tendances de déco végétale. L’objectif ? Traduire en images fortes et végétales les grands courants sociétaux.  Découvrez les 3 thèmes majeurs retenus cette année.

Tendance végétale ROMANCE 3.0

Tendance 2018 Romance 3.0 © lajoiedesfleurs.fr

Tendance 2018 Romance 3.0 © lajoiedesfleurs.fr

LE BRIEF :  Tout est dans la surenchère, notamment dans le domaine du design. Les matériaux sont d’un luxe absolu, les formes pleines et opulentes, les couleurs intenses et riches.
À L’INTÉRIEUR : Vifs, accrocheurs, les tons chauds se mêlent à des motifs délicats. Les plantes sont grandes, vertes ou fleuries, parfois exotiques. Tout se confond : les compositions florales se noient dans le décor, alors que les motifs de la tapisserie ou des rideaux cherchent à voler la vedette aux véritables végétaux.
À L’EXTÉRIEUR : Les espaces sont luxueux, bordé de plates-bandes fleuries aléatoires, de formes douces et ondulées, de mobilier confortable ou richement décoré. Présents depuis plusieurs saisons, l’or et le cuivre continuent de jouer un rôle important.
LES FORMES : Elles sont puissantes, extravagantes et attachantes, très rondes.
LES COULEURS : Riches et variées, les teintes  couvrent du pastel jusqu’aux tons foncés et intenses. À noter que le violet fait son grand retour.

 

Tendance végétale PUNK REBOOTED

Tendance Punk Rebooted © lajoiedesfleurs.fr

Tendance 2018 Punk Rebooted © lajoiedesfleurs.fr

LE BRIEF : Le pouvoir change de main et menace notre sens de la liberté. Nous devenons rebelles, avides d’indépendance. La couleur noire domine, les matériaux sont durs, ils en deviennent presque agressifs, tels des cris de protestation.
À L’INTÉRIEUR : Retour à des espaces bruts. Les intérieurs adoptent un style anarchique. Les formes anguleuses et les matériaux industriels sont rois. Les fleurs et les plantes renforcent l’intensité du message. Utilisées de façon peu orthodoxe, elles transgressent elles aussi les règles de façon délibérée.
À L’EXTÉRIEUR : Les espaces bruts sont valorisés. On mise sur des parcelles aux airs de friche dans lesquelles une force naturelle spectaculaire reprendrait ses droits.
LES FORMES: Elles sont brutes, sauvages, décalées, pointues et tranchantes.
LES COULEURS : Très contrastées, avec différentes nuances de noirs. Le vert, le beige et la couleur chair adoucissent la force du noir, du blanc, du gris et du rouge.
LES MATÉRIAUX :  L’accent est mis sur des matériaux industriels et rugueux.

 

Tendance végétale RÉ-ASSEMBLE

Tendance 2018 Re-Assemble Lajoiedesfleurs.fr

Tendance 2018 Re-Assemble Lajoiedesfleurs.fr

LE BRIEF : Notre société est diverse, la réalité souvent difficile à saisir. Pour tenter d’exploiter toutes les nouvelles possibilités de notre monde, nous tâchons de combiner d’anciens et de nouveaux éléments.
À L’INTÉRIEUR : Tout peut désormais être associé, combiné, dans la plus grande décontraction. Les fleurs et les plantes jouent ici un rôle-clé. On use d’imagination pour intégrer et mettre en scène les fleurs et les plantes, en utilisant, par exemple, des suspensions. Les compositions florales sont aérées et composées à partir d’éléments séparés.
À L’EXTÉRIEUR : Le jardin prend la forme d’un patchwork tridimensionnel. Les divers styles et fonctions se répondent sous des formes ludiques. Le résultat prend la forme d’une grande diversité de plantes fusionnée à des solutions créatives inattendues.
LES FORMES: Aléatoires et variées.
LES COULEURS : Vives, pastel, naturelles et délavées.
LES MATÉRIAUX :  Aussi bien neufs que recyclés, les matériaux renforcent le caractère nonchalant de l’ensemble.

 

L’Office hollandais des fleurs en bref

L’Office hollandais des fleurs a pour objectif de valoriser les fleurs coupées et les plantes en pots, et mène une communication générique au nom de tous les producteurs et commerçants, sous deux signatures, qui sont le coeur du message : lajoiedesfl eurs.fr et maplantemonbonheur.fr. Ces deux marques, créées il y a quatre ans, se doivent de mieux accompagner la filière, d’aider à maintenir une communication avec le public via les réseaux sociaux et le Web, et de mener des actions ciblées, comme des workshops. Selon Ron Jeronimus, responsable marketing France, « En 2017, la tendance était au recadrage radical – nous prenions conscience de la nécessité d’ajuster nos cadres de référence dominants –nous arrivons cette année dans une nouvelle ère, celle de l’Erreur et de l’Essai, autrement dit nous sommes à la recherche de nouvelles solutions après le phénomène d’affaiblissement de nos anciennes structures. »

 

Pour en aller plus loin

Retrouvez dans le  numéro 61 d’ Extérieurs Design toutes les tendances 2018 du jardin et du mobilier. Disponible en kiosques et en ligne sur le shop de Beemedias

Exterieurs Design n° 61

Exterieurs Design n° 61

N.D. 

 

Affiche Festival 2017

Festival International des jardins 2017 : Cap sur le Flower Power !

17 février 2017 Posted by Agenda 0 thoughts on “Festival International des jardins 2017 : Cap sur le Flower Power !”

Le compte a rebours est lancé : le 20 avril prochain, le Domaine Chaumont-sur-Loire accueillera la 26e édition du Festival international des jardins. Au cœur de cette édition et des 30 jardins en compétition : la célébration du pouvoir des fleurs !

Affiche Festival 2017

D’avril à novembre, un souffle poétique et coloré animera le Domaine de Chaumont-Sur-Loire. Revendiquant le « Flower Power » comme un défi d’optimisme dans un monde si complexe, le Festival international des jardins propose une édition joyeuse et créative.  30 jardins éphémères dévoileront des scénographies imaginatives et originales, et promettent  une explosion de senteurs et de  couleurs. Les paysagistes du monde entier  inviteront les visiteurs dans des paysages de conte de fées, les désorienteront  dans le  jardin d’une sorcière, dans les coulisses de collections florales propices à la méditation, et les mèneront sur des places publiques d’expression révolutionnaires revisitées par le végétal !

croquis jardin alexis tricoire

Jardin « La planète en ébullition », croquis original d’Alexis Tricoire – © Alexis Tricoire

Parallèlement à la compétition, le Festival international des jardins proposera comme chaque année des Cartes vertes. Le public découvrira ainsi les jardins suspendus de Rebecca Louise Law, s’interrogera face aux « techno-planètes » d’Alexis Tricoire, dans son jardin-manifeste sensibilisant au dérèglement climatique, et  contemplera les délicates compositions de fleurs bleues de Jean-Philippe  Werner.

Partenaire fidèle de cette manifestation, Extérieurs Design parraine cette année  le jardin «  De l’autre côté du miroir » de Nicolas Stadler , Alice Stadler, et Thierry Girault.  A suivre dans notre magazine et sur notre site Internet !

croquis jardin

Croquis du jardin  » De l’autre côté du miroir » de Nicolas Stadler , Alice Stadler, et Thierry Girault, parrainé par Extérieurs Design.

 

Festival International des jardins, Domaine  de Chaumont-sur-Loire, du 20 avril au 5 novembre.

www.domaine-chaumont.fr

Les cookies Google Analytics

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc.