exposition Archives - Extérieurs design

Posts tagged "exposition"

Design urbain à la Galerie VIA

23 juillet 2018 Posted by Agenda, Professionnel 0 thoughts on “Design urbain à la Galerie VIA”

Jusqu’au 29 août, la Galerie VIA organise une exposition sur la thématique du mobilier urbain. «Dehors, la ville de demain» interroge nos habitudes d’occupation de l’espace public et la façon dont le mobilier évolue pour s’y adapter.

 

Questionner la ville

Prototype « Endless Pavillon » par Rui Hua et Caroline Raoux  © Dehors, la ville de demain

 

53% de la population mondiale vit désormais dans des villes, et, d’année en année, les espaces extérieurs publics sont sollicités pour répondre à des besoins de convivialité de plus en plus divers. On voit l’émergence d’une nouvelle conception des lieux publics, devenus hybrides et multiformes : on y déjeune, on s’y détend, on y travaille aussi entre deux rendez-vous avec l’apparition des objets connectés, pour profiter d’un temps ensoleillé. Façonnant le paysage quotidien de milliards de personnes, le mobilier urbain pose un enjeu à la fois sociétal et politique. L’exposition « Dehors, la ville de demain », organisée conjointement par l’Ameublement français, le VIA et les membres du groupement de mobilier urbain de l’Ameublement français, se présente comme une réponse possible aux questions contemporaines de ces nouveaux usages de la ville. Des designers indépendants et des étudiants de l’École nationale supérieure de création industrielle proposent ainsi une série de mobilier (prototypes, maquettes…) qui reflète cette diversité croissante des modes d’appropriation de l’espace public.

 

Phase de transition

Banc Area, gamme Atlantique © Dehors, la ville de demain

 

Caterina et Marc Aurel, commissaires et scénographes de « Dehors, la ville de demain », ont organisé l’exposition autour de quatre thèmes : « Expérimenter de nouveaux usages », « Déjeuner dehors », « S’informer, se détendre, se rencontrer », et « Domestiquer l’espace public ». Au sein de l’agence Aurel Design Urbain, ces deux créateurs travaillent depuis vingt ans autour de la question du mobilier urbain. Pour eux, «Dehors, la ville de demain» s’inscrit tout à fait dans une problématique actuelle car « on est aujourd’hui dans une phase de transition intéressante. On va vers de nouvelles pratiques de l’espace urbain. […] On est en train de passer d’un mobilier très fonctionnel à un désir de qualité, de soin du détail, de végétalisation… ».

Galerie VIA,

120, avenue Ledru-Rollin, 75011 Paris. 

Jusqu’au 29 août.

 

Le saviez-vous ?

Le mobilier urbain, c’est aussi des chiffres vertigineux. La Ville de Paris compte 335 000 potelets, 2000 Abribus, 100 000 bancs, 30 000 corbeilles de propreté, 200 000 luminaires, 100 000 grilles d’arbre, 1500 feux tricolores, 500 colonnes Morris, 100 fontaines Wallace, 500 entrées de métro… Des chiffres qui font tourner la tête, mais une goutte d’eau à l’échelle de la planète et de ses 100 agglomérations de plus de 5 millions d’âmes !

 

Living Nature, Vue intérieure

Salon du Meuble de Milan 2018 : Living Nature, pour un habitat « naturel »

2 avril 2018 Posted by Agenda, Professionnel 0 thoughts on “Salon du Meuble de Milan 2018 : Living Nature, pour un habitat « naturel »”

Pour sa 57e édition, le Salone del Mobile de Milan propose l’exposition/installation Living Nature, La Natura dell’Abitare qui explorera la relation entre nature et habitat. Coup de projecteur sur cette initiative originale.

Living Nature : une exploration des liens entre nature et habitat

Living Nature, Vue extérieure de nuit

Living Nature, Vue extérieure de nuit

 

L’édition 2018 du Salone del Mobile de Milan sera cette année l’occasion pour les visiteurs de réfléchir aux liens que l’on peut tisser entre les espaces intérieurs et la nature. La piazza del Duomo accueillera du 17 au 25 avril l’exposition/ installation Living Nature qui tentera de réconcilier l’environnement urbain et domestique avec la nature. Conçue en collaboration avec le bureau international de design et d’innovation Carlo Ratti Associati (CRA), il s’agira de tester au sein de la ville des moyens de gestion de température faisant seulement appel à des ressources naturelles. À travers ces expérimentations, l’évènement abordera les questions de durabilité environnementale en proposant des solutions pour minimiser notre empreinte écologique en usant de moyens naturels.  

Living Nature : un contrôle climatique « naturel »

Living Nature, Vue intérieure

Living Nature, Vue intérieure

 

Les organisateurs de Living Nature ont voulu recréer quatre microcosmes saisonniers dans un pavillon de 500 m2 d’une hauteur de 5 mètres. Ils proposent ainsi aux visiteurs de faire dans des espaces intérieurs l’expérience des différents saisons, conditions climatiques obtenues à de moyens non polluants qui utilisent des ressources naturelles. Le pavillon est ainsi constitué d’une membrane en Crystal responsive composée de capteurs qui réagissent aux conditions de la lumière et régulent le « climat intérieur ». Pour recréer les conditions hivernales, l’installation utilise des panneaux photovoltaïques organiques, dotés de cellules solaires de dernière génération, intégrés dans la toiture. Ceux-ci fournissent à eux seuls de quoi mettre en place ce microcosme saisonnier et, grâce à un système d’échange de chaleurs, réchauffent l’espace été à partir de cette production d’énergie. L’installation Living Nature cherche ici à prouver que des technologies non polluantes actuelles permettent déjà un contrôle climatique en usant de ressources naturelles. Les organisateurs veulent ainsi apporter des éléments de réflexion à la conception durable d’espaces intérieurs de la maison.

 

Living Nature, La Natura dell’Abitare se tiendra du 17 au 25 avril à Milan, piazza del Duomo face au Palais Royal. L’exposition ouvrira ses portes de 10 à 22h.

 

David Kabla

© Snezana Gerbault

Expo : La nature silencieuse de Snezana Gerbault

19 mars 2018 Posted by Agenda, Plantes, Professionnel, Tendances 0 thoughts on “Expo : La nature silencieuse de Snezana Gerbault”

À  travers l’objectif de Snezana Gerbault, la nature révèle son lent processus de détérioration pour mieux renaître. La galerie-salon de thé Artefact expose  jusqu’au 25 mars une série sublime de la photographe, baptisée « Silent Alteration ».

© Snezana Gerbault

Winter Stories 3 , Alsace © Snezana Gerbault

Snezana Gerbault : une série- hommage à la nature

Dans le calme serein de la galerie Artefact, les  photos de Snezana Gerbault ont un écho particulier.  Comme le précise la présentation de son travail  « les images sont comme des extraits de film. Il y a un avant, il y a un après, mais surtout un « pendant » qui résume ce qui se passe autour, ce qu’on entend et qu’on ressent.Ce mélange de tous les sens donne une atmosphère. La photo permet de mieux voir et de rendre visible, d’être disponible pour les hasards… »  Il faut souligner la qualité des tirages : l’impression sur papier Etching Cotton Rag donne un relief incroyable aux gros plans comme aux paysages.  On perçoit la neige, la fragilité du pétale, on les ressent. Comme le dit Snezana « le végétal se fane, mais apparaît une beauté différente. » Elle a capté les transparences d’un tissus qui s’étiole, les jeux de lumière, le graphisme des nervures. Sous nos yeux, l’hiver s’écrit dans notre paysage, avec ses ombres, ses lumières,  les empreintes du temps. Snezana Gerbault conjugue habilement dans sa série son regard de botaniste  – qui capte les détails–  et l’œil de l’artiste, qui en restitue la poésie.

© Snezana Gerbault

Empreintes 2, Hydrangea © Snezana Gerbault

 

Snezana Gerbault et l’hiver

Agronome de formation et spécialiste de l’environnement, photographe et journaliste, Snezana Gerbault, s’est prise de passion pour une saison trop souvent sous-estimée. Née dans une petite ville d’ex-Yougoslavie où la brume et le givre faisaient partie de son quotidien, elle confie rapidement que l’hiver lui rappelle, avec une certaine mélancolie, son enfance :  En octobre dernier, pur la sortie de son livre « Mon jardin en hiver », elle confiait à Extérieurs Design ( *) ;  » « Je trouve cette saison très poétique… Quand l’hiver arrive, il recouvre tous les végétaux de neige et de givre… Le jardin nous dévoile alors de très belles scènes qui sont, pour moi, chargées d’émotions. » Une poésie qu’elle partage  dans cet ouvrage abondamment illustré par ses propres images, tout en livrant de façon exhaustive et précise des informations sur les plantes propres à la saison.

 

 

Alterations © Snezana Gerbault

Alterations © Snezana Gerbault

 

Snezana Gerbault, mettre en avant les textures

Dans son travail photographique,  Snezana Gerbault livre une palette de textures, de matières, de couleurs ou encore de volumes pour peindre un décor hivernal qui nous ressemble. Elle  prône aussi  dans son livre une vision écologique du jardin : « Le jardin de demain devrait intégrer le stade de fanaison des plantes. Cela fait partie du cycle naturel de la vie… Aujourd’hui, les jardiniers se détournent des plantes un peu fanées et brunies, ils les coupent trop tôt alors qu’en réalité elles sont essentielles au jardin et à ses habitants. Elles servent à la fois d’abri et de nourriture aux insectes et aux oiseaux. »  Les plantes desséchées ou fanées révèlent de véritables tableaux aux couleurs chatoyantes et aux formes minimalistes. « Cette esthétique, d’une grande simplicité, se retrouve, par exemple, dans les peintures très graphiques de l’Américain Ellsworth Kelly », explique-t-elle.

Dans on exposition, Snezana Gerbault présente aussi des micro installations, tel " En suspens", avec des fleurs d'hortensias séchées.

Dans son exposition, Snezana Gerbault présente aussi des micro installations, tel  » En suspens », avec des fleurs d’hortensias séchées.

 

Exposition « Silent Alteration » Snezana Gerbault, jusqu’au 25 mars, Artefact project Space, 23 Rue des Blancs Manteaux, 75004 Paris

(*) retrouvez l’article complet de Cécile Gauthier dans le numéro 60 d’Extérieurs Design, octobre 2017.

 

© Snezana Gerbault

Bells of Ireland (Molucella laevis)© Snezana Gerbault

 

© Snezana Gerbault

Japanese anemone © Snezana Gerbault

 

 

Nathalie Degardin

Rendez-vous au salon Piscine Jardin & Renov’ Maison

2 février 2018 Posted by Agenda, Jardins à vivre, Piscines 0 thoughts on “Rendez-vous au salon Piscine Jardin & Renov’ Maison”

Du 16 au 19 février 2018, piscines et jardins sont à l’honneur à Marseille, au Parc Chanot. Réunissant près de 200 exposants, le Salon Piscine Jardin & Rénov’ Maison est le rendez-vous de référence de la région Grand Sud, et dévoile les innovations du secteur sur 15 000m² d’exposition !

Le Salon Piscine Jardin & Renov’ Maison pour faire le plein d’inspiration

Rendez-vous phare de l’année pour les professionnels et les particuliers, la 14ème édition du Salon Piscine Jardin & Renov’ Maison offre 3 jours de rencontre avec les professionnels du secteur, et propose des solutions et inspirations adaptées à chaque extérieur. Le salon met à disposition des visiteurs des ateliers avec conseils personnalisés pour chaque aménagement. L’espace « Mon projet, mon archi » vous invite à venir muni d’une photo de votre projet ou espace, et d’un plan. Au sein de cet espace intimiste et accueillant, des architectes et paysagistes proposent un véritable service sur mesure avec des solutions personnalisées et gratuites. Pour les adeptes de végétaux, retrouvez « Le Bar à Boutures » situé au cœur de l’espace des pépiniéristes. Libre à chacun de venir échanger ou troquer une bouture, une fleur ou autre…et repartir ainsi avec un nouvelle plante ou essence. Un véritable espace d’échange entre passionnés sur lequel on peut bénéficier des conseils avisés de Claire Delahaye, designer de terrasses et jardins chez Slowgarden. Conseils, idées, nouveautés et tendances, cette 14éme édition du salon est l’endroit idéal pour faire germer son projet et faire le plein d’inspirations auprès des 180 exposants.

Le Salon Piscine Jardin & Renov’ Maison pour une panoplie d’exposants

Sélectionnés sur le volet, les exposants sont tous des professionnels du secteur reconnus pour la qualité et la durabilité de leurs offres. On retrouve Alliance piscine, Architecture et Design, Clearwater Spas, Futur Habitat, Génération Piscine, Irrijardin, Leroy Merlin, Piscine et Jardin, Truffaut, Waterair et de nombreuses autres entreprises qui présenteront leurs nouveautés.

Salon Piscine Jardin & renov maison

 

Salon Piscine Jardin & Renov’ Maison

 

En phase avec les dernières tendances du moment, les exposants dévoilent des gammes diversifiées. Plantes, mobilier, pergolas, piscine, couloir de nage, spa…tout est réuni pour imaginer et faire de son extérieur une véritable pièce à vivre, et ce, quelle que soit sa taille.

Emmanuelle Jung

Le Salon Piscine Jardin & Renov’ Maison

Parc Chanot – BP 2 – 13266 Marseille cedex 08

04 91 76 90 60

Contact@safim.com

www.salonpiscineetjardin.com

Arts numériques : 5 raisons de courir aux « Faits du hasard » !

5 janvier 2018 Posted by Agenda 0 thoughts on “Arts numériques : 5 raisons de courir aux « Faits du hasard » !”

Jusqu’au 4 mars, dans le  cadre de Némo, la Biennale internationale des arts numériques d’Île-de-France,  le CentQuatre et Arcadi invitent les artistes à « organiser le hasard »  dans un parcours d’une vingtaine d’installations numériques.  On les a testées pour vous : voici 5 bonnes raisons de ne pas manquer  cette exposition à la fois pointue  et accessible au grand public.  

1- Pour son quart d’heure zen 

Dans l’un des ateliers du CentQuatre, le temps semble se suspendre. Le visiteur observe de véritables tableaux vivants : la couleur des monolithes géants de Fabien Léaustic évolue tout au long de l’exposition en fonction de l’évolution de phytoplanctons qui les recouvrent. En effet, ils réagissent à l’air, à la température, aux particules drainées par les spectateurs, et plongent ceux-ci dans un univers de sculptures vivantes vertes et apaisantes.

Installation « Ruines » de Fabien Léaustic – Biennale internationale des arts numériques Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » © Quentin Chevrier

 

Puis la séance de contemplation se poursuit dans l’espace annexe qui accueille une installation sonore de Nelo Akamatsu, dans l’esprit les jardins traditionnels japonais : « Chijikinkutsu consiste en environ quatre-cents verres et aiguilles magnétisées qui flottent sur l’eau dans l’orientation Nord-Sud. Lorsque l’électricité alimente le câble attaché aux verres, elle crée un champ magnétique temporaire qui attire l’aiguille vers le câble. Les faibles sons produits par les aiguilles heurtant les verres résonnent tout autour de l’espace. Si les visiteurs écoutent attentivement, ils réaliseront que les sons ne proviennent pas de l’extérieur de leur corps, mais existent déjà au sein de leur esprit. »

Installation « Chijikinkutsu » de Nelo Akamatsu – Biennale Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » © Quentin Chevrier

2-Pour prendre sa dose de poésie numérique

Capté en temps réel, le vent du Minnesota cadence le mouvement des fleurs équipées de capteurs de  David Bowen.  Il est impressionnant de les voir ployer quand il souffle fort à Minneapolis, et étonnant de les voir s’agiter tour à tour dans une chorégraphie tranquille sous une faible brise.

Installation « Tele-Present Wind », de David Bowen – Biennale internationale des arts numériques Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » © Quentin Chevrier

 

 

Également troublante , l’œuvre de Pascal Haudressy nous parle de renaissance : un impact de balle dans une vitrine, qui projette une forme florale dansante,  comme une résilience défiant la violence du choc. 

Installation « Œdipe », de Pascal Haudressy -Biennale internationale des arts numériques Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » © Quentin Chevrier

 

Dans un autre atelier, on suivra le road movie plein de suspens du parcours d’une goutte d’eau sur 11 752 mètres…

« 11752 mètres et des poussières… », de Linda Sanchez -Biennale Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » © Quentin Chevrier

3- Pour attraper les « bonnes vibrations » numériques

Ici, au cœur d’une incroyable  architecture lumineuse de Guillaume Martin, le spectateur  se laisse porter par une boucle électro qui se densifie petit à petit, et avance dans un couloir troublant, enjambant les rais de 200 lumières qui jaillissent de toute part. Juste à côté, il  ne lasse pas de contempler une  mise en scène XXL d’arcs électriques du Québécois Martin Messier.

Installation « Licht, Mehr Licht » de Guillaume Marmin –  Biennale internationale des arts numériques Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » © Quentin Chevrier

 

Installation "Impulse" de Martin Messier - Biennale des arts numériques Némo au CentQuatre " Les Faits du Hasard" © Quentin Chevrier

Installation « Impulse » de Martin Messier – Biennale des arts numériques Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » © Quentin Chevrier

 

 

4-Pour des expériences numériques immersives 

Avec « The Machine to Be Another : Body Swap », le  visiteur est invité à voir « à travers les yeux d’un autre » le temps d’un échange de corps virtuel. L’expérience sera d’autant plus frappante que la différence physique sera marquée : difficile de trouver ses repères  dans la peau d’un géant quand on mesure 1,5o m !

"The Machine to Be Another : Body Swap" de BeAnotherLab - Biennale internationale des arts numériques Némo au CentQuatre " Les Faits du Hasard" (Photo :  by Drhassan Steib at Holot Detention Center 2 -Israel . 2015).

« The Machine to Be Another : Body Swap » de BeAnotherLab – Biennale internationale des arts numériques Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » (Photo :  by Drhassan Steib at Holot Detention Center 2 -Israel . 2015).

 

5- Pour le fun !

Petits et grands ne résistent pas au projecteur de barbe-à-papa : entre deux installations, difficile de ne pas céder à la tentation d’attraper à la volée les volutes blanches et sucrées !  A noter, Un parcours spécial a été pensé pour les enfants afin qu’ils profitent, eux aussi, de l’exposition ! Au travers un jeu d’enquête ils devront trouver des objets “perdus” appartenant à différents installations de l’exposition 

Biennale NEMO au CentQuatre exposition "Les Faits Du Hasard" © Quentin Chevrier

Biennale NEMO au CentQuatre exposition « Les Faits Du Hasard » © Quentin Chevrier

 

Jusqu’au 4 mars , « Les Faits du hasard »  Biennale internationale d’art numérique Nemo 

Le CENTQUATRE-PARIS, Paris (19) – Métro : Riquet, Crimée ou Stalingrad • Ouvert de 14h à 19h (hors période scolaire : mercredi, jeudi, samedi, dimanche, en période de vacances scolaire du mardi au dimanche) • Tarifs : 9 €/6 €/4 € jusqu’au dimanche 7 janvier puis 6 €/6 €/4 € jusqu’au dimanche 4 mars 

Nathalie Degardin

Concours paysager : appel à candidatures pour la Cité internationale

20 décembre 2017 Posted by Agenda, Jardins à vivre, Paysagiste, Rencontres 0 thoughts on “Concours paysager : appel à candidatures pour la Cité internationale”

La 2e édition du concours « Jardins du monde en mouvement » est lancée. Destinée aux architectes, urbanistes ou paysagistes, ce concours paysager invite les candidats à réaliser des créations éphémères dans les jardins de la Cité internationale.  L’appel à candidatures est lancé !

Jardins du Monde en mouvement © Jon ONGKIEHONG

 

Un concours paysager consacré à la nature en ville

La 2e édition du concours « Jardin du monde en mouvement » convie les professionnels enrichis de 10 ans d’expérience à concevoir des installations éphémères dans les jardins de la Cité internationale. Une bourse d’un montant de 8 000 € se verra attribuée à 5 projets distingués. Le thème du concours ? La nature en ville. En tenant compte des enjeux de environnementaux, les professionnels candidats devront veiller à respecter 3 conditions essentielles : dialoguer avec les architectures de la Cité internationale en s’y intégrant, proposer une identité forte en lien avec l’influence stylistique de la maison, prendre en compte une dimension du développement durable. Il peut s’agir de matériaux biosourcés, de récupération des eaux pluviales, de niches écologiques, de partage des ressources, d’un comportement éco responsable et de tout ce qui favorise protection de la nature. Pour prendre part au concours, les participants devront déposer un dossier de candidature en français ou en anglais avant le 31 janvier 2018. Les jardins éphémères seront installés à partir du 16 mai 2018.

Projets 2017 « Jardins du  monde en mouvement »

Pour informations

Présentation détaillée et dossier de candidature : http://bit.ly/jardins-candidature2018

31 janvier 2018 à minuit : date limite d’envoi du dossier de candidature.

Entre le 1er et le 9 mars 2018 : les candidats sélectionnés seront conviés à participer à une visite technique sur le site, visant à lever toutes les questions liées à l’installation de leurs structures.

Les candidats retenus s’engagent à installer leur œuvre pour le 16 mai 2018 à 10 h.

Projet 2017 "Cortège Sifflant" Cédric RIVIERE, paysagiste DPLGMaison de la Tunisie ©Caisse des dépôts/Photo Jean-Marc Pettina/juin 2017

Projet 2017 « Cortège Sifflant » Cédric RIVIERE, paysagiste DPLG -Maison de la Tunisie
© Caisse des dépôts/Photo Jean-Marc Pettina/juin 2017

Emmanuelle Jung

 

Après Le Refuge, Marc Ange dévoile ses Araignées à Art Basel Miami !

8 décembre 2017 Posted by Agenda, Designer, Mobilier, Rencontres, Tendances 0 thoughts on “Après Le Refuge, Marc Ange dévoile ses Araignées à Art Basel Miami !”

Art Basel, l’une des plus importantes expositions d’art contemporain au monde, pose ses valises à Miami jusqu’au 10 décembre 2017. L’occasion de découvrir la sélection du créateur Marc Ange, qui a déjà fait le tour de la toile.

MARC ANGE , LE REFUGE © CLAUDIA FERRI

 

Les Araignées et le Refuge, Marc Ange ©Éclat Public Relations

 

L’installation de Marc Ange, inspirée de songes de son enfance

Le Refuge, Marc Ange ©Éclat Public Relations

Du 5 au 10 décembre prochain, à l’occasion de la Miami Art Basel, le designer et artiste parisien Marc Ange dévoile sa nouvelle installation. Les Araignées et Le Refuge seront donc exposés au Fuena Hotel de Miami. Le Refuge, le célèbre lit de repos qui a déjà séduit le monde entier après son apparition à la Milan Design Week, est complété par Les Araignées, une collection de fauteuil à la forme atypique et représentant ces insectes aux huit pattes.

MARC ANGE, REFUGE © MARC ANGE

MARC ANGE ©  Minh Tran

 

Le Refuge a été le concept le plus photographié et partagé sur les réseaux sociaux, générant ainsi une profusion de hashtags (#marcange, #LeRefuge et #WallpaperHandmade). Cet engouement lui a valu le titre de « La pièce la plus emblématique de la semaine du design de Milan ». Composée d’une méridienne nichée dans la végétation surplombée de palmiers métalliques roses, cette installation a été conceptualisée spécifiquement pour The Invisible Collection, enseigne de vente en ligne de mobilier design. Telle une projection d’un souvenir d’enfance du créateur, Le Refuge est imaginé comme un havre de paix, où confort et quiétude sont au rendez-vous. Ses grandes feuilles forment un abri sous le soleil, loin de la réalité, celle de la jungle imaginaire et des créatures redoutées qui raisonnent dans la chambre d’un enfant. Modulable et démontable, cette pièce en édition limitée à toute sa place en outdoor.

Les Araignées, Marc Ange ©Éclat Public Relations

Si Le Refuge apparaît comme un îlot de sérénité, Les Araignées représentent une peur infantile démesurée. Parées de tissu Sunbrella, Les Araignées ont leur place aussi bien en intérieurs qu’en extérieurs. Les différentes zones sont rembourrées, qu’il s’agisse de l’assise, la base, le dossier et les pieds, et se personnalisent grâce à une flopé de tissus. Quant au siège circulaire, il est suspendu par une multitude de pieds en métal, dont les finitions se déclinent à l’or, l’argent et le cuivre. « Les Araignées s’inspirent du comportement menaçant des petites créatures qui ont hanté mes rêves d’enfance et sont la raison pour laquelle Le Refuge existe », précise Marc Ange. Une dualité que retrace l’installation Les Araignées et Le Refuge.

Marc Ange, designer aux « créations de l’extraordinaire »

APR – PORTRAIT MARC ANGE

 

Issu d’une famille à l’histoire surréaliste, sans racine, partagée entre arts, religions et folie, Marc Ange garde de son enfance la confusion du réel et de l’irréel, qui oriente chacune de ses créations. Née à Rome à l’époque terrifiante des Brigades Rouge, le designer a grandit à Paris et partage sa vie entre la capitale française et Los Angeles.  Diplômé de l’école de design ESDI (Paris), il décide de faire de l’art son business et fonde Bloom Room en 2008, studio parisien réunissant des créateurs aux profils hors-normes et complémentaires. Bloom Room est présent à travers le monde, sans afficher aucune limite de secteur, sa seule spécialisation étant « la recherche de l’extraordinaire » dans les créations. En puisant son inspiration dans les illusions et les songes de son enfance, Marc Ange aime raconter des histoires à travers les objets qu’il invente en prenant racine dans le surréalisme. Avec son émotion comme fil conducteur, sa recherche de perfection l’entraîne toujours plus loin.

            Emmanuelle Jung

Jardins, Jardin 2018 : une journée en plus consacrée aux pros

30 novembre 2017 Posted by Agenda 0 thoughts on “Jardins, Jardin 2018 : une journée en plus consacrée aux pros”

Rendez-vous incontournable des professionnels et amateurs de jardins, la 15e édition de « Jardins, Jardin » aux Tuileries se tiendra du 31 mai au 3 juin 2018. Cette saison mettra  les expériences de nature en ville à l’honneur et invitera les visiteurs à découvrir une panoplie d’expériences innovantes en matière d’aménagement urbain.

Jardins Jardin 2017 Jardin Low- Impact-Didier DanetSA par-Fabien Cuny © Eric Dherouville

 

Jardins, Jardin : une trentaine de jardins éphémères

Implanté dans le cadre idyllique du Jardin des Tuilerie, au cœur de Paris, en partenariat avec le Louvre, « Jardins, Jardin » apparaît comme le rendez-vous incontournable des tendances du jardin et du paysage urbain. Chaque année, le grand public vient s’inspirer en découvrant plus de 30 terrasses et jardin scénographiés pour l’occasion par des paysagistes reconnus ou des jeunes talents émergents. Tous sont invités à déambuler dans les allées du Jardin des Tuileries pour mieux laisser entrer le végétal en ville.

2017 Jardins, Jardin par Fournet pour Vallois

Jardins, Jardin dédie un mercredi aux professionnels

Premier évènement parisien de toute la profession de l’horticulture et du paysage, « Jardins, Jardin » se réinvente et consacre le mercredi 30 mai 2018 aux professionnels. En cette occasion, architectes, urbanistes, paysagistes, responsables d’espaces verts, fédérations, association, écoles, et débat sur la ville verte seront au rendez-vous. Véritable plateforme de découvertes et expérimentations, cette édition incite les visiteurs à percevoir le jardin comme un laboratoire d’idées et un lieu d’échanges autour des innovations en matière d’aménagement urbains, ou la nature joue un rôle essentiel. L’occasion d’échanger avec divers professionnels issus d’univers différents, mais complémentaires. Concepteurs, créateurs, designers, producteurs, entrepreneurs…tous pourront y découvrir la richesse des installations élaborée dans des domaines variés, touchant à l’art des jardins, la nature et l’environnement en ville. Pour une immersion dans le paysage au cœur de Paris, cette édition englobe une trentaine d’installations paysagères éphémères, 100 exposants, un concours de l’innovation, une exposition des écoles de design extérieur, et aussi des remises de prix.

 

Emmanuelle Jung

 

Rendez-vous au Salon Piscine & Bien-être

29 novembre 2017 Posted by Agenda, Jardins à vivre, Piscines 0 thoughts on “Rendez-vous au Salon Piscine & Bien-être”

Du 2 au 10 décembre 2017, piscines et spas sont à l’honneur à Paris, Porte de Versailles. Réunissant près de 50 exposants, le Salon Piscine & Bien-être dévoile les innovations du secteur, sur  6500 m2 d’exposition!

réalisation Piscines 35 /Groupement L’esprit piscine ©  Fred Pieau

 

Le Salon Piscine & Bien-être pour faire le plein d’inspiration

TROPHEE D OR PISCINE CITADINE ©Zmirov

Rendez-vous phare de l’année pour les professionnels et les particuliers, la 54e édition du Salon Piscine et Bien-être offre 9 jours de rencontres avec les professionnels du secteur et propose des solutions et inspirations adaptées à chaque extérieur. Avec pour partenaire la Fédération des Professionnels de la Piscine et du spa (FPP), le salon met à disposition des visiteurs tous les conseils et idées pour leurs projets. Construction de piscine, rénovation, chauffage, abri de piscine, couverture, robot, sécurité, abords de piscine, pool house, mobilier, espaces bien-être, spa, sauna, hammam…toutes ces installations seront réunies Porte de Versailles. Quant aux exposants, il s’agit de fabricants soigneusement sélectionnés, tous des professionnels du secteur reconnus pour la qualité et la durabilité de leurs offres. On retrouve Azenco, Irrijardin, Europe Spa, Cintral, Nicolazi Design ou Piscinelle avec une panoplie de nouveautés.

Le Salon Piscine & Bien-être prône le made in France

Si le made in France est approuvé dans de nombreux secteurs, celui de la piscine n’est pas en reste. Au Salon Piscine & Bien-être, une majeure partie d’exposants ont à cœur de garantir une production 100% française. Dans une période où le marché de la piscine en France connaît une impressionnante progression, de nombreuses entreprises maintiennent ainsi une production française, afin d’offrir à la clientèle une proximité appréciée et des garanties durables. Le salon présente ainsi une panoplie de piscines made in France, assortis d’une offre complète d’abris. 85% des exposants affichent une production française pour leurs réalisations innovantes et de qualité. Gage de confort et de fiabilité pour les visiteurs consommateurs.

Salon Piscine & Bien-être

Du 2-10 décembre

De 10h à 19h du 2 au 9 décembre

De 10h à 18h le 10 décembre

Paris Expo, pavillon 3.2 – Porte de Versailles 

Emmanuelle Jung

 

 

Monel, Extrait fable expo jardins

7 bonnes raisons de découvrir l’expo « Jardins » au Grand Palais !

20 mars 2017 Posted by Agenda 0 thoughts on “7 bonnes raisons de découvrir l’expo « Jardins » au Grand Palais !”

Le jardin entre au Grand Palais ! Les galeries nationales accueillent jusqu’en juillet une grande exposition qui s’intéresse à la représentation du jardin, réel ou fantasmé, depuis la Renaissance jusqu’à nos jours. Peint, sculpté, photographié, suggéré, le jardin est exploré depuis les croquis, les plans, les outils de travail, depuis la plante jusqu’au « jardin planétaire » de Gilles Clément .

 
Voici 7 (principales !) raisons de ne pas manquer cet événement!

Monel, Extrait fable expo jardins

Yann Monel, La Fable du jardin, (détail) © Yann Monel © Adagp, Paris 2017

1- Pour la scénographie subtilement travaillée comme une promenade

Avant même d’entrer dans l’expo, le visiteur est accueilli par une composition végétale de Patrick Blanc, conçue comme des échancrures stylisées dans les murs. Puis le visiteur franchit le seuil du jardin, s’imprègne de la terre, des plantes, puis passe d’allées en bosquets, avec des respirations, comme ce « Petit Jardin » qui dévoile les acanthes vues par Matisse.

2-Pour la présentation d’herbiers incroyables

On retiendra avec une certaine émotion ces fragments prélevés dans les tranchées par des Poilus, amateurs et botanistes, et transmis dans leur courrier.

herbier expo jardins

Herbier des tranchées, Museum national d’Histoire naturelle / Herbier national © MNHN / Photo Elodie Lerat © Adagp, Paris 2017

3- Pour une sélection d’œuvres qui fait cohabiter les époques, et les visions du jardin

Dans cette expo, les œuvres de Guiseppe Penone cohabitent avec une fresque de Pompéi, Bertrand Lavier annonce Matisse, Gerhard Richter répond Gustave Caillebotte… dans une harmonie bien orchestrée. On retrouve aussi des Fragonard, des Watteau, et même des œuvres de Dürer pour la première fois montrées en France.

klimt expo jardins

Gustav Klimt, Le Parc, 1910 ou avant
The Museum of Modern Art, Gertrud A. Mellon Fund, 1957
© 2017. Digital image, The Museum of Modern Art, New York / Scala, Florence © Adagp, Paris 2017

 

4- Pour la mystérieuse Allée

Elle porte d’un côté une fresque reprenant les photos de Yann Monel dans une « Fable du Jardin » et de l’autre une succession de plans qui témoignent de l’évolution de cet art essentiel dans la conception de jardins, pour finir sur un extrait du film «Meurtre dans un jardin anglais de Peter Greenaway, comme un écho au fil conducteur de l’exposition, qui interroge les jeux d’échelle dans la représentation du jardin, mais aussi le cadre, les limites, que pose sa représentation.

5- Pour les extraits d’œuvres cinématographiques qui témoignent du jardin en mouvement

Depuis les frères Lumière avec L’arroseur arrosé  au Parrain  de Coppola, en passant par Charles et Ray Ames, Stanley Kubrick, Alain Resnais…  le jardin est présent dans le 7e art. A noter, des séances de projections spéciales auront lieu du 25 au 28 juin pendant la Fête du cinéma.

6- Pour les surprises qui ponctuent délicatement l’exposition

Fontaine créée spécialement pour l’expo de Jean-Michel Othoniel, fragrance de fleurs blanches conçue par Givaudan, sculptures discrètes de Yoshihiro Suda… sont autant de petites respirations sur le parcours.

7 – Pour l’hommage appuyé aux paysagistes français

Présents tout au long de l’exposition, ils sont surtout mis à l’honneur dans un diaporama de 140 photos qui reprend les plus beaux jardins de Jaques Simon, Pascal Cribier, bien sûr, mais aussi Jean Mus, Erwan Tymen, Camille Muller, et bien d’autres. On notera aussi le film assez hypnotique de Gilles Clément, qui, équipé d’une GoPro, interroge le jardin en mouvement.

 

Les cookies Google Analytics

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc.