Categories Paysagiste, Rencontres

Jean Mus, l’esthétique de la nature

Les jardins de Jean Mus font rêver. Extravagants ou minimalistes, ils marient l’élégance des formes à la sensualité des ambiances. À la clé, une esthétique essentiellement inspirée de la nature. Portrait de ce grand paysagiste de notre temps.

mer mediteranée

Enfant de la Côte d’Azur, Jean Mus est devenu le paysagiste des grandes propriétés de la Riviera, des palaces et des stars. Mais il ne s’est jamais départi de ses convictions profondes. Luxe et respect de la nature cohabitent ainsi dans ses jardins sur une partition bien orchestrée. Depuis plus de trente ans, il transmet son amour des paysages méditerranéens tout autour de la planète, là où le climat concourt à de telles créations. Inspiré par le Sud, qu’il réinvente sans cesse, il reste attentif au génie du lieu et accompagne les jardins dans leur évolution dès son premier coup de crayon. Car, selon lui, tout jardin bien né mérite de perdurer.

piscine

Pourquoi êtes-vous devenu paysagiste?

Le contexte dans lequel j’ai baigné enfant a révélé chez moi ce besoin d’être en contact permanent avec la nature et les jardins. Mon père était le chef jardinier de la villa Croisset, l’une des grandes propriétés de la Riviera. Le jardin de cette propriété avait été dessiné par Ferdinand Bac, et j’ai eu la chance de rencontrer cet artiste paysagiste venu en visite avec le vicomte de Noailles. Puis, à un autre moment, j’ai eu l’opportunité de croiser Russell Page dans ce jardin, l’un des plus grands paysagistes anglais. Partager le sens du beau, de l’élégance et du raffinement à travers l’art des jardins m’a donc très tôt paru évident!

jardin

Qu’est-ce qui a guidé votre carrière?

Le vent, le soleil et la nature m’ont toujours guidé, puis les rencontres merveilleuses avec des gens généreux qui montrent un véritable amour des jardins. Au départ, tous les grands jardins de la Côte d’Azur ont été ma source d’inspiration, une source intarissable d’émerveillements autant au niveau botanique qu’au niveau esthétique. La « culture jardin » vécue dans ces lieux m’a profondément marqué, depuis les folies végétales mises en scène grâce au climat privilégié de la côte jusqu’à la réflexion sur le rôle des concepteurs. Les commanditaires de ces jardins, Anglais fortunés, aristocrates européens ou artistes, ont donné aux paysagistes les moyens de s’exprimer et de réaliser des prouesses.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Votre style a traversé les frontières, pouvez-vous nous dévoiler votre façon de travailler?

Je suis un enfant de la Méditerranée, là où le vent souffle sans arrêt et sculpte les végétaux, la plupart du temps sous un soleil de plomb et sur des terrains secs. L’observation du paysage naturel me conduit donc à me plier aux conditions climatiques et aux contraintes du terrain. Dans les jardins méditerranéens que je crée tout autour de la planète, les arbustes persistants taillés en vagues, les troncs tortueux ou les cyprès colonnaires rappellent ainsi l’identité de ce paysage. Ensuite, je travaille sur la construction de points de repère et de perspectives. Ce sont des arguments qui attirent l’œil et incitent à leur rendre visite. Quand une perspective est attirante, on va au bout pour voir ce qu’il s’y passe. Et, sur le parcours, si l’on rencontre des transversales créant d’autres perspectives, on se réjouit encore plus.

maison et jardin design
Enfin, il y a la mise en scène, inhérente à la création d’un jardin. Ce lieu est un théâtre porteur de rêves. Rêves de voyage, d’excentricités ou de bien-être, mais je fais toujours attention à rendre cette mise en scène pérenne.

jardin méditeranéen

Comment votre inspiration créatrice évolue-t-elle aujourd’hui?

J’épure de plus en plus mes compositions végétales. Là où j’employais 20 ou 30 plantes il y a vingt ans, je réduis à 8 ou 10 pour rester en accord avec le contexte économique actuel, même si je travaille pour des palaces et des gens fortunés. Je n’ai pas le droit à l’erreur sur le plan du suivi ultérieur du jardin, donc de son entretien. Le nombre de jardiniers diminue dans les propriétés, le climat se fait plus rude encore partout sur la planète, et les envies des propriétaires évoluent aussi. Je vais à l’essentiel pour atteindre un équilibre qui, aujourd’hui, devient primordial. Les modelés de terrain accompagnent le dessin du jardin, la simplicité des formes s’appuie sur des espèces végétales résistantes. Je travaille souvent avec des designers qui ne jurent que par les lignes droites. J’aime au contraire les courbes, les ondulations et les parfums, toutes ces choses qui rendent les perspectives vivantes.

piscine design

Hìtel Corse 2-minQuelles ont été vos grandes réalisations et quels sont
vos projets
?

J’aime travailler dans des lieux où il y a une histoire à mettre en place ou à continuer, comme dans les jardins du Ritz à Paris. Au fil du temps, je suis intervenu sur la plupart des grands jardins de la Côte d’Azur, en refaçonnant les anciens, par exemple ceux de La Fiorentina au cap Ferrat ou les jardins des Boulingrins à Monaco. J’en ai aussi créé un certain nombre ici et autour du monde, pour des particuliers, des artistes ou des promoteurs immobiliers et des hôtels de luxe. Récemment, on m’a demandé d’intervenir sur les nouveaux quartiers du port de Marseille pour donner un aspect plus sensible et moins urbanistique au projet. Toutes les histoires m’intéressent, donc. J’ai la chance d’avoir une équipe exceptionnelle avec moi, animée remarquablement par ma fille Florence. Grâce à cette équipe, la philosophie de l’agence peut perdurer, même quand je n’en ferai plus partie. Et, pour l’instant, je me répète encore que le plus beau jardin, c’est celui que je dessinerai demain!

Jean Mus & Compagnie, 16, avenue Frédéric-Mistral, 06530 Cabris.

Bénédicte Boudassou

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FERMER
CLOSE