Categories Paysagiste, Rencontres

Festival international des jardins de Chaumont : « La Fleur du mal » de Nathan Crouzet, Lynda Harris et Ali

Cette édition du festival international de Chaumont met en exergue la richesse et la diversité des collaborations qui se créent aujourd’hui autour des jardins : «  La Fleur du mal »  résulte de la conjugaison des idées et des imaginaires de Lynda Harris,  paysagiste, de Nathan Crouzet, Architecte et d’Ali, artiste de street art. Une pluridisciplinarité gagnante !

En axant son festival 2017 sur le Flower Power,  Chantal Colleu-Dumont, directrice du Festival international des jardins de Chaumont, voulait  entre autres « mettre en évidence l’extraordinaire pouvoir graphique, esthétique, thérapeutique, parfois maléfique, des fleurs ».  Nul doute que le projet pour le moins original de Nathan Crouzet, Lynda Harris et Ali a titillé sa curiosité au moment des sélections.  « La fleur du mal »  est un  village abandonné par des consommateurs d’opium, et le défi majeur du trio était de faire ressentir d’une façon ou d’une autre les effets d’un trip hallucinogène. De la composition végétale soigneusement étudiée pour ses références médicinales ou sa beauté secrète, à la construction de structures où s’allonger pour laisser les images voyager dans la tête… tout a été pensé de façon complémentaire pour créer une atmosphère très particulière. C’est un jardin où il faut absolument prendre son temps, et notamment celui de se se poser sous l’une des pergolas, pour percevoir les effets des rayons de soleil sur les toitures … qui font danser des fleurs au-dessus de nos têtes, sous l’inspiration d’Ali.  Comme  l’explique Lynda Harris, l’équipe  a cherché à composer des aires d’évasion de l’esprit, et pour garder  une touche concrète intrigante, n’a pas hésité à planter des espèces  utilisés par les chamans ou les herboristes. 

Nathalie Degardin

FERMER
CLOSE