Las Pozas, un jardin surréaliste au cœur de la jungle! - Extérieurs design

Las Pozas, un jardin surréaliste au cœur de la jungle!

2 mai 2018

Le Jardin de Las Pozas a été créé par l’homme d’art et poète anglais Edward James durant la seconde moitié du XXe siècle. Situé au Mexique, au milieu de la jungle tropicale, il est composé d’immenses sculptures en béton aux esthétiques diverses. Un lieu original et fascinant niché au cœur d’une nature sauvage.

 

Un jardin de sculptures en pleine jungle

Jardin de Las Pozas © Mike Corey (Postandfly), Sebastiàn Labaronne

 

Près de la commune mexicaine de Xilitla, la jungle abrite une curiosité qui attire chaque année environ 720 000 visiteurs. Il s’agit du jardin de sculptures de Las Pozas, création de l’homme d’art et poète britannique Edward James. Après avoir acheté le terrain en 1947, il transforme l’ancienne plantation de café en espace botanique dédié aux orchidées. Cependant, en 1962, le gel détruit l’ensemble des fleurs. Naît alors le projet de transformer ce domaine de 32 hectares en un parc de sculptures en pleine forêt tropicale. De 1962 à sa mort en 1984, il va s’atteler à la construction de son grand œuvre en construisant 36 sculptures géantes aux esthétiques diverses allant de l’art égyptien à l’art mésopotamien. 

 

Le jardin de Las Pozas : un lieu sous influence surréaliste

 

L’ensemble du lieu est très influencé par le surréalisme, mouvement dont Edward James fut très proche en tant qu’artiste mais également comme mécène en apportant son soutien à de grandes figures comme Salvador Dali ou René Magritte. Il installe ainsi des colonnes qui ne soutiennent rien ou des escaliers qui ne mènent nulle part, créant une sorte de labyrinthe de béton. Les titres des différents sites témoignent également de ce goût prononcé pour le surréalisme avec des noms comme « L’escalier vers le paradis », « La maison de trois étages qui pourraient être cinq », « Le lieu avec un toit de baleine » ou encore « Le chemin des 7 péchés capitaux ». On retrouve des symboles particulièrement chers à ce mouvement esthétique avec une piscine en forme d’œil, installation qui permettait au poète anglais de se baigner dans la « pupille ». Le projet coûta à l’artiste plus de 5 millions de dollars et il dut vendre une partie de sa collection de peintures et d’objets d’art pour le financer. Sept ans après sa mort, en 1991, le jardin est ouvert au public et attire depuis de nombreux visiteurs, fascinés par la qualité onirique du lieu et le désir démiurgique de son créateur qui n’est pas sans rappeler un certain Fitzcarraldo et son projet fou de créer un opéra en pleine forêt amazonienne.

 

Découvrez notre vidéo du jardin de Las Pozas :

 

David Kabla 

Tags: , , ,

Recherche

Newsletter

Retrouvez-nous sur facebook

Les cookies Google Analytics

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc.