Categories Jardins à vivre, Reportages

Jardin arty en Arizona

Quand deux œuvres d’art monumentales deviennent le point de départ de l’aménagement d’un jardin arty contemporain moderniste…

Face au soleil implacable d’Arizona, l’architecte paysagiste Steve Martino a choisi de travailler les ombres de la végétation dont l’emplacement a été calculé en conséquence par la création d’un treillage en porte-à-faux, associé au seul haut mur rouge de la propriété, pour créer autant de compositions d’ombres et de lumière.

jardin arizona

Il est rare que l’art puisse susciter le désir de créer un jardin contemporain… Ce fut pourtant le point de départ de la rénovation de cet espace outdoor en Arizona. Ses propriétaires acquirent deux œuvres de taille monumentale qu’ils durent faire stocker en attendant de repenser leur jardin. Ils s’adressèrent ainsi au paysagiste américain Steve Martino en lui demandant de penser une pièce extérieure moderniste en osmose avec la villa qu’elle entoure. Outre le désir d’offrir un écrin à ces deux œuvres, ils souhaitaient un espace démultiplié en plusieurs pièces pour se détendre, qui soit en harmonie avec le paysage désertique qui l’entoure.

jardin arizona

MOBILE ARTY – La sculpture de Fletcher Benton fut l’un des deux points de départ ayant conduit les propriétaires de cette villa à souhaiter l’aménagement d’un jardin contemporain pour l’accueillir et la mettre en valeur.

jardin arizona

LIGNE AQUATIQUE – Conclu par une petite cascade placée dans la continuité du vase de Jun Kaneko, le canal d’eau longe volontairement la façade latérale de la villa pour insister sur la volonté d’osmose entre résidence et jardin.

La rénovation du jardin entreprise par Steve Martino et ses équipes est en réalité à l’image du vase bleu XXL en céramique de Jun Kaneko et de la sculpture de l’artiste américain Fletcher Benton : un jeu de pliages, de découpages et de courbes qui rythme un espace peu étendu dans les faits. Jouant en douceur sur le dénivelé de la colline sans pour autant creuser la roche et de facto construire des murs de soutènement de grande hauteur, le jardin a été modelé de façon à optimiser l’espace de manière horizontale en y ajoutant quelque 5 mètres carrés d’étendue. Un jeu de dénivelé au moyen de marches en béton conduit ainsi à l’espace salle à manger outdoor, au spa préexistant voisinant avec la chambre, mais légèrement rehaussé, associé à un espace détente plus intimiste.

vue jardin arizona

Placées en parallèle, trois placettes ont été conçues pour accueillir la salle à manger choisie chez Royal Botania, mais aussi le coin salon et un espace de repos plus intimiste.

jardin arizona

 

UN SALON RAFFINÉ – L’espace salon, meublé de pièces signées Paola Lenti, avec des fauteuils de la collection Frame et un pouf Shell, bénéficie d’une cheminée intégrée dans le mur de soutènement mais aussi d’une vue plongeante sur le vase monumental de Jun Kaneko. 

Le salon outdoor, quant à lui, permet d’admirer tout à la fois la sculpture de Fletcher Benton mais aussi le vase de Jun Kaneko, conclusion d’un plan d’eau tout en longueur en parallèle de la façade de la villa côté ouest, de la porte d’entrée jusqu’au living. « Je suis extrêmement attentif à optimiser la connexion entre le jardin et l’intérieur de la villa », explique Steve Martino. Nous avons ainsi légèrement abaissé le dénivelé de la terrasse supérieure afin qu’elle soit plus facilement accessible de la villa. »

jardin arizona

 

LA PIÈCE PRINCIPALE – Steve Martino cherchant à abolir les frontières entre intérieur et extérieur lors de la conception de ses jardins, celui-là est désormais considéré par ses propriétaires comme « la plus grande pièce de la villa 

Cette connexion entre l’indoor et l’outdoor a même incité les propriétaires à remplacer leurs fenêtres par des baies vitrées pour accroître ce sentiment d’osmose. De même, ils eurent d’autant plus envie d’investir dans un mobilier outdoor design, avec un salon signé Paola Lenti et une salle à manger choisie chez Royal Botania. La végétation native est une ode au panorama désertique qui l’environne, avec des yuccas, des cactus, dont de majestueux saguaros, mais également des ocotillos, des cactus grimpants qui deviennent luxuriants dès la pluie venue, ou encore des acacias et des mimosas pour autant de touches de couleur rebondissant sur le bleu des deux œuvres d’art.

 

Capucine Colin – Steve Martino Landscape Architect

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FERMER
CLOSE