Categories Dossiers, Jardins à vivre

Jardin conceptuel

Au dernier Chelsea Flower Show, Nick Bailey révélait un jardin conceptuel aussi dynamique que séduisant.

chelsea flower show jardin Nick Bailey
Au Chelsea Flower Show, le jardin de Nick Bailey

Un jardin bien calculé

Il aurait passionné plus d’un élève désespéré par les mathématiques … Car au dernier Chelsea Flower Show, Nick Bailey les rendaient terriblement vivantes ! Ce paysagiste est parti de l’idée de représenter des séries d’algorithmes avec un pari fou : traduire leur beauté dans le jardin ! Il nous entraîne dans les spirales de Fibonacci (du nom d’un mathématicien italien) en proposant, au départ, un banc courbe destiné au repos, puis un escalier en chêne qui mène à un belvédère rond, pour offrir, à la fin, un panorama avantageux sur l’espace. Comme les mathématiques sont partout dans la nature, et que l’on y retrouve particulièrement les suites de Fibonacci, le paysagiste a soigneusement choisi sa palette pour exprimer la diversité géométrique des formes végétales. On contemple avec bonheur l’explosion touffue des yuccas, la structure en spirales par- faites de l’Aloe polyphylla, reprise en clin d’œil dans la coupe en cuivre qui accueille le visiteur dès l’entrée.

 

chelsea flower show jardin Nick Bailey

Naturel structuré

Comme des respirations, les prêles apportent une présence graphique douce, et les Lupinus ‘Masterpiece’, comme les iris, ponctuent de notes colorées cet espace propice à la détente. Telles des réminiscences méditerranéennes, l’ombre est assurée par des pins, des faux camélias et, vers le belvédère, par des eucalyptus. Au-delà de cette métaphore osée, on se surprend à tendre l’oreille pour capter le chant d’un oiseau dans un arbres, tant ce paysage très structuré semble après tout… si naturel ! Pour sa première participation au Chelsea Flower Show, Nick Bailey a frappé fort, avec une créativité incroyable, tout en gardant un espace vivant qui respire le bien-être, que l’on imagine parfaitement en installation permanente. Si les plantes qu’il a choisies sont pour la majorité représentées dans l’hémisphère Sud, ce jardinier en chef du Chelsea Physic Garden a, bien entendu, fait en sorte de sélectionner celles qui pourraient pousser à Londres.

 

chelsea flower show jardin Nick Bailey

photos : Laurent André

Nathalie Degardin

Tags:
FERMER
CLOSE