Categories Jardins à vivre, Reportages

JEUX DE CONTRASTES, AMÉNAGEMENT D’UN TERRAIN VIERGE

Près de Villeneuve-lès-Avignon, Sylvère Fournier et son équipe aménagent un terrain vierge en un espace de transition entre un mazet provençal et une demeure contemporaine.

Ce couple de propriétaires, passionné par l’art, le design et le jardin, a fait construire une maison d’architecture très contemporaine sur son terrain, à proximité d’un mazet. Quand ils rencontrent Sylvère Fournier sur un salon, le courant passe immédiatement. Ils reconnaissent dans les réalisations du paysagiste ce qu’ils recherchent, soit un jardin moderne, graphique, mais qui ne perd pas le caractère local dans son atmosphère générale. Ils lui confient donc totalement l’aménagement de leurs 600 mètres carrés, avec deux principales exigences : garder le cèdre déjà présent et planter un olivier dans le décor. Dans les faits, le réel défi pour le paysagiste est de concevoir le jardin comme un espace à vivre qui soit en même temps, et subtilement, un espace de transition. En effet, la circulation sur le terrain est la suivante : on accède à la maison depuis le parking en passant devant la vieille bâtisse, puis devant la piscine. Sylvère Fournier a donc cherché un tracé rectiligne pour ces diverses zones qui puisse refléter le design de la demeure principale, déjà mis en valeur par des tailles en boule et des compositions très graphiques auxquelles répondent, en opposition, des massifs plus touffus et plus colorés. Passionnée de plantes, la propriétaire s’est fortement impliquée dans l’élaboration de cette riche palette végétale aux formes diverses : on y rencontre des phormiums, des pittosporums panachés, des troènes, des camphriers, aux côtés d’une grande variété de vivaces et de graminées. Pour le cheminement autour de ces zones contrastées, Sylvère Fournier a repris les pas japonais depuis l’entrée jusqu’au bassin. Cet espace détente est marqué par un revêtement en ipé, qui se prolonge jusqu’à une terrasse ombragée sur laquelle est placée une table pour le déjeuner. On trouve aussi dans les parties adjacentes à la maison, très végétalisées, un sol en gravier de Durance, afin d’apporter un côté naturel au jardin. Mais en rappel du gris anthracite des baies vitrées design, le paysagiste n’a pas hésité à utiliser l’ardoise en traits graphiques inscrits dans le paysage. Pour valoriser l’olivier souhaité par ses clients, Sylvère Fournier l’a surélevé comme une pièce maîtresse, une oeuvre d’art à admirer, en lui adjoignant un muret de gabion. À l’inverse, le cèdre abrite un petit massif dense, renforçant par contraste une impression de majesté et d’intemporalité.

aménagement jardin

Aux abords de la piscine, les troènes taillés en boule et élancés répondent aux massifs de Pittosporum tenuifolium panaché qui leur font face.

aménagement jardin

En rappel des tonalités anthracite de la maison, les piliers d’ardoise s’élèvent au sein de massifs d’ail sec, de Teucrium et de pittosporum “Nana”.

aménagement jardin

Des érables pourpres aux Gaura roses nichés au coeur du sedum, des touches de couleurs vives ponctuent ce jardin.

Nathalie Degardin

Photos Laurent André

FERMER
CLOSE