Arts numériques : 5 raisons de courir aux « Faits du hasard » ! - Extérieurs design

Arts numériques : 5 raisons de courir aux « Faits du hasard » !

5 janvier 2018

Jusqu’au 4 mars, dans le  cadre de Némo, la Biennale internationale des arts numériques d’Île-de-France,  le CentQuatre et Arcadi invitent les artistes à « organiser le hasard »  dans un parcours d’une vingtaine d’installations numériques.  On les a testées pour vous : voici 5 bonnes raisons de ne pas manquer  cette exposition à la fois pointue  et accessible au grand public.  

1- Pour son quart d’heure zen 

Dans l’un des ateliers du CentQuatre, le temps semble se suspendre. Le visiteur observe de véritables tableaux vivants : la couleur des monolithes géants de Fabien Léaustic évolue tout au long de l’exposition en fonction de l’évolution de phytoplanctons qui les recouvrent. En effet, ils réagissent à l’air, à la température, aux particules drainées par les spectateurs, et plongent ceux-ci dans un univers de sculptures vivantes vertes et apaisantes.

Installation « Ruines » de Fabien Léaustic – Biennale internationale des arts numériques Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » © Quentin Chevrier

 

Puis la séance de contemplation se poursuit dans l’espace annexe qui accueille une installation sonore de Nelo Akamatsu, dans l’esprit les jardins traditionnels japonais : « Chijikinkutsu consiste en environ quatre-cents verres et aiguilles magnétisées qui flottent sur l’eau dans l’orientation Nord-Sud. Lorsque l’électricité alimente le câble attaché aux verres, elle crée un champ magnétique temporaire qui attire l’aiguille vers le câble. Les faibles sons produits par les aiguilles heurtant les verres résonnent tout autour de l’espace. Si les visiteurs écoutent attentivement, ils réaliseront que les sons ne proviennent pas de l’extérieur de leur corps, mais existent déjà au sein de leur esprit. »

Installation « Chijikinkutsu » de Nelo Akamatsu – Biennale Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » © Quentin Chevrier

2-Pour prendre sa dose de poésie numérique

Capté en temps réel, le vent du Minnesota cadence le mouvement des fleurs équipées de capteurs de  David Bowen.  Il est impressionnant de les voir ployer quand il souffle fort à Minneapolis, et étonnant de les voir s’agiter tour à tour dans une chorégraphie tranquille sous une faible brise.

Installation « Tele-Present Wind », de David Bowen – Biennale internationale des arts numériques Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » © Quentin Chevrier

 

 

Également troublante , l’œuvre de Pascal Haudressy nous parle de renaissance : un impact de balle dans une vitrine, qui projette une forme florale dansante,  comme une résilience défiant la violence du choc. 

Installation « Œdipe », de Pascal Haudressy -Biennale internationale des arts numériques Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » © Quentin Chevrier

 

Dans un autre atelier, on suivra le road movie plein de suspens du parcours d’une goutte d’eau sur 11 752 mètres…

« 11752 mètres et des poussières… », de Linda Sanchez -Biennale Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » © Quentin Chevrier

3- Pour attraper les « bonnes vibrations » numériques

Ici, au cœur d’une incroyable  architecture lumineuse de Guillaume Martin, le spectateur  se laisse porter par une boucle électro qui se densifie petit à petit, et avance dans un couloir troublant, enjambant les rais de 200 lumières qui jaillissent de toute part. Juste à côté, il  ne lasse pas de contempler une  mise en scène XXL d’arcs électriques du Québécois Martin Messier.

Installation « Licht, Mehr Licht » de Guillaume Marmin –  Biennale internationale des arts numériques Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » © Quentin Chevrier

 

Installation "Impulse" de Martin Messier - Biennale des arts numériques Némo au CentQuatre " Les Faits du Hasard" © Quentin Chevrier

Installation « Impulse » de Martin Messier – Biennale des arts numériques Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » © Quentin Chevrier

 

 

4-Pour des expériences numériques immersives 

Avec « The Machine to Be Another : Body Swap », le  visiteur est invité à voir « à travers les yeux d’un autre » le temps d’un échange de corps virtuel. L’expérience sera d’autant plus frappante que la différence physique sera marquée : difficile de trouver ses repères  dans la peau d’un géant quand on mesure 1,5o m !

"The Machine to Be Another : Body Swap" de BeAnotherLab - Biennale internationale des arts numériques Némo au CentQuatre " Les Faits du Hasard" (Photo :  by Drhassan Steib at Holot Detention Center 2 -Israel . 2015).

« The Machine to Be Another : Body Swap » de BeAnotherLab – Biennale internationale des arts numériques Némo au CentQuatre  » Les Faits du Hasard » (Photo :  by Drhassan Steib at Holot Detention Center 2 -Israel . 2015).

 

5- Pour le fun !

Petits et grands ne résistent pas au projecteur de barbe-à-papa : entre deux installations, difficile de ne pas céder à la tentation d’attraper à la volée les volutes blanches et sucrées !  A noter, Un parcours spécial a été pensé pour les enfants afin qu’ils profitent, eux aussi, de l’exposition ! Au travers un jeu d’enquête ils devront trouver des objets “perdus” appartenant à différents installations de l’exposition 

Biennale NEMO au CentQuatre exposition "Les Faits Du Hasard" © Quentin Chevrier

Biennale NEMO au CentQuatre exposition « Les Faits Du Hasard » © Quentin Chevrier

 

Jusqu’au 4 mars , « Les Faits du hasard »  Biennale internationale d’art numérique Nemo 

Le CENTQUATRE-PARIS, Paris (19) – Métro : Riquet, Crimée ou Stalingrad • Ouvert de 14h à 19h (hors période scolaire : mercredi, jeudi, samedi, dimanche, en période de vacances scolaire du mardi au dimanche) • Tarifs : 9 €/6 €/4 € jusqu’au dimanche 7 janvier puis 6 €/6 €/4 € jusqu’au dimanche 4 mars 

Nathalie Degardin

Tags: , ,

Recherche

Newsletter

Retrouvez-nous sur facebook

Les cookies Google Analytics

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. Vos données de navigations sur ce site sont envoyées à Google Inc.